Vocabulis


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Éditore, Tradittore ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 64
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Éditore, Tradittore ?   Sam 4 Juin - 15:29

Je déteste la plupart des traductions que je trouve insuffisamment réécrites et, de ce fait, d'une lecture ennuyeuse. Mais il y a pire, semble-t-il, au beau pays de la traduction industrielle (c'est-à-dire en France).

Extrait de la Semaine de Pierre Lagrange, sociologue du CNRS (tu parles d'une référence !) dans Libé, ce matin.

Lundi
Label « traduction fidèle ».

Avec son projet de scan de 15 millions d'ouvrages, Google menacerait la culture française. Il me semble que les éditeurs français ont depuis longtemps trouvé une parade dont personne ne parle. Ainsi, la plupart d'entre eux ont pour règle, lorsqu'ils traduisent un ouvrage en français, de le réduire de 10% au moins (et parfois jusqu'à la moitié). Au départ je pensais que c'était une pratique marginale en vigueur chez les éditeurs de soupe qui publient les livres populaires sur les soucoupes et l'Atlantide. Pas du tout : la pratique est aussi répandue dans des maisons qui ont pignon sur rue. Ainsi, une bonne partie de notre fonds littéraire étranger est à retraduire. Complot visant à déprécier la littérature étrangère ? Mépris du lecteur ? Des auteurs ? Je propose la création d'un label qui sera apposé par l'éditeur sur le livre pour garantir que la traduction est fidèle. Et s'il est pris à faire des coupes sombres malgré le label, eh bien il rembourse les acheteurs. Et s'il ne met pas le label, eh bien méfiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Bidouille
Logorrhéique talonnesque
avatar

Nombre de messages : 989
Localisation : Beauce
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: Éditore, Tradittore ?   Sam 4 Juin - 15:42

eek Faut qu'j'me mette à l'anglais quoi ! grey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.keby-and-co.com
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 64
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Éditore, Tradittore ?   Mer 8 Juin - 18:03

La pique de Pierre Lagrange ne plaît pas du tout à l'écrivain et directeur du magazine Lire, Pierre Asouline, mais celui-ci est un peu trop impliqué dans l'industrie littéraire* pour être cru sur parole.


Chroniqueur au Monde, ancien directeur littéraire de Lire, Auteur chez Gallimard, etc.

On estimera la justesse de jugement de Pierre Assouline par cet extrait d'interview dans la Libre Belgique, piqué au site du CEMAPI. On sait qu'un passage à la télé ne fait pas vendre un livre, c'est bien connu, depuis Pivot.

Pierre Assouline déclare dans la Libre Belgique

Quel est, selon vous, le poids de la critique, aujourd'hui? Est-ce que cela fait vendre un livre?
Hier comme aujourd'hui, c'est le bouche à oreille qui fait vendre un livre. Et dans ce phénomène non maîtrisable, les médias jouent un rôle diffus, difficile à déterminer, qui forme un brouhaha et est le socle du bouche à oreille. La critique a son importance, mais il est faux de dire qu'en France, en Belgique ou en Suisse, un média fait vendre un livre. Même si le passage d'un certain type de livres et d'auteurs à une émission comme celle de Thierry Ardisson ou de Michel Drucker peut être décisif. Mais mettez un auteur un peu sérieux ou littéraire, comme Le Clézio, chez Ardisson, cela ne donne rien. Par contre, Mazarine Pingeot chez le même Ardisson fera vendre son livre.


http://passouline.blog.lemonde.fr/livres/2005/06/un_label_pour_l.html#comments

(Si le lien vers le blog d'Assouline est réservé aux abonnés du Monde, dites-le moi en mp, je copie-collerai le tout).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 64
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Éditore, Tradittore ?   Lun 1 Aoû - 17:28

Finalement, confirmation du procédé, sur le Da Vinci truc, sur le forum du Monde :


Camus06

29/07/2005 16:48
Da Vinci Code : édition tronquée

En offrant récemment l'édition française à une amie, et en la comparant avec l'édition originale, je me suis rendu compte que des paragraphes entiers du roman ont été purement et simplement omis dans la version française, que ce soit en première édition ou en poche. Un véritable scandale, et ce alors que l'éditeur français ose écrire "texte intégral".

Sans parler d'une traduction plus que mauvaise.

Mais enfin, l'essentiel est de faire du fric, l'intégrité du texte et le respect des lecteurs, hein...

Lire le message original : Camus06 sur Le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 64
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Éditore, Tradittore ?   Mer 10 Mai - 1:12

Pierre Assouline consacre sa note de blog d'aujourd'hui à cette question du caviardage de textes :

Wanted : un chapitre de roman

Parfois, on se pose vraiment des questions sur l'estime qu'ont certains éditeurs pour les lecteurs. C'est le cas notamment lorsqu'ils prennent leurs aises avec les traductions. Il ne s'agit pas de critiquer petites réécritures, légers accommodements et indispensables adaptations (j'avais eu l'occasion de m'en plaindre ici-même à l'occasion de la parution d'un de mes livres en anglais) mais bien de dénoncer des pratiques nettement plus radicales consistant à supprimer des parties de texte. C'est ce qui arrive au magnifique roman d'Amos Oz Une histoire d'amour et de ténèbres.

Dans l'édition française parue chez Gallimard il y a deux ans, fidèlement traduite par Sylvie Cohen, le chapitre 5 de ce livre qui en compte 63, occupait les pages 39 à 43. Un chapitre, qui cela va sans dire, figure dans toutes les éditions étrangères. L'auteur s'y interrogeait sur la part de la fiction et celle de l'autobiographie dans ses récits. Pas un mot de trop dans ces réflexions qui s'inscrivent parfaitement au sein de ce récit sur sa famille et sur son oeuvre. Seulement voilà : les lecteurs de langue anglaise en sont privés. Tale of love and darkness est paru amputé de ces pages. L'éditrice en langue anglaise en a décidé ainsi : de son point de vue, ce chapitre 5 marque une rupture dans la fluidité du récit (quand on songe aux romans de Victor Hugo et d'autres qui sont parsemés de ce type d'insertions...) ; selon elle, cela casse le rythme ; elle craint que les lecteurs anglais et américains, réputés (?) n'avoir pas l'habitude de telles digressions intempestives (!), ne décrochent. Si elle avait pris la peine de s'intéresser aux critiques parues à la sortie du livre en France ou ailleurs, elle aurait découvert que ces pages avaient été justement parmi les plus commentées. Sollicité pour accorder son imprimatur, Amos Oz s'est incliné à contrecoeur. Explication de son agent Deborah Owen :" Appelons cela une différence culturelle !" C'est ce qu'elle a répondu, sans rien y trouver d'anormal, à Marie Grimaldi, une étudiante de Science Po-Paris, aux Etats-Unis pour un an, qui lui faisait part de sa perplexité. Passionnée par le roman d'Amos Oz, celle-ci l'avait lu alternativement en français et anglais et là, une aveuglante absence lui avait sauté aux yeux. Quand on pense que des traducteurs se font parfois chicaner pour un mot de travers, ou pour avoir pris des libertés avec la sonorité d'une phrase...

A propos, ce fameux chapitre traitait également de ce qu'Amos Oz appelle "les bons et les mauvais lecteurs", les mauvais étant des lecteurs paresseux, sociologiques, médisants et voyeurs puisqu'ils passent leurs temps à se demander ce qui s'est réellement passé et ce qui se cache derrière l'histoire. Il va pouvoir y rajouter un paragraphe inédit et étendre la notion de "mauvais lecteur" à certains éditeurs.


Il y a 126 commentaires:
http://passouline.blog.lemonde.fr/livres/2006/05/wanted_un_chapi.html#comments
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Éditore, Tradittore ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Éditore, Tradittore ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: Littérature :: Livres : Tout et rien-
Sauter vers: