Vocabulis


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 secte ou religion

Aller en bas 
AuteurMessage
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: secte ou religion   Dim 2 Avr - 23:00

En fait, la distinction est tellement difficile à faire qu'au bout du compte il faut se résoudre à la conclusion qui s'impose. C'est la même chose.

Un exemple parmi mille :

Citation :
Alors, secte ou pas secte ? Saisie du cas de la fondation Ostad Elahi, du nom d'un ancien magistrat iranien (1895-1974), philosophe et musicien (grand maître du tanbur, le luth local), la justice française a du mal à trancher. La cour d'appel de Versailles vient de reporter, pour la seconde fois, l'examen du litige, en se réservant sept mois de réflexion supplémentaire.

L'affaire oppose la fondation ­ d'inspiration soufie, déclarée d'utilité publique sous Jean-Pierre Chevènement et un temps vice-présidée par Bernadette Chirac ­ au maire UMP d'Asnières (Hauts-de-Seine), Manuel Aeschlimann, proche conseiller de Nicolas Sarkozy. En 2003, la mairie distribuait un tract à 40 000 exemplaires dénonçant une «infiltration par les membres d'une organisation spiritualiste, ésotérique et cultuelle», menaçant «l'intégrité morale des Asniérois et de leurs enfants». Le mot secte n'est pas prononcé, mais c'est tout comme. La fondation a surtout le don d'agacer prodigieusement Aeschlimann en s'opposant à ses projets de rénovation urbaine : plusieurs associations de défense de riverains sont domiciliées au pavillon asniérois de Bahram Elahi, le fils d'Ostad, que la mairie accuse de mobiliser les habitants afin de «protéger» son propre pavillon. En septembre, l'adjoint à la communication d'Aeschlimann était condamné en diffamation, au motif que «les polémiques locales à propos de l'urbanisme ne justifient aucunement l'attaque outrancière organisée par la mairie d'Asnières». Fin de la première manche.

Renfort. Dès le lendemain du jugement, les renseignements généraux pondaient une note mettant en cause la fondation Ostad Elahi. Coup de pouce de Sarko à son copain Aeschlimann ? Puis la Miviludes (mission antisecte qui dépend de Matignon) se réveillait à son tour en annonçant sa mise «sous surveillance». Le prompt et tout récent renfort de la mission et du ministère de l'Intérieur a convaincu la cour d'appel de rouvrir les débats en réclamant la déclassification des notes des RG et en «invitant» la mission antisecte à lui «fournir toutes conclusions et observations». Que disent les blancs des RG, dont Manuel Aeschlimann assure le service après-vente en distribuant les photocopies ? Une première note de six pages souligne que «l'installation dans les Hauts-de-Seine de ces "fervents de Dieu" a rapidement suscité des rumeurs : il y aurait détournement de la mystique soufiste à l'instigation de l'actuel "maître", Bahram Elahi, qui imposerait un fonctionnement totalitaire de son organisation, se conférant le statut de Dieu omniscient». Une autre note raconte que, lors de l'édification par des bénévoles d'un mausolée dans le Loir-et-Cher, «l'organisation se souciait peu de la législation du travail». Cela méritait bien l'estampille «confidentiel défense»...

Le point de friction le plus cher au maire d'Asnières, repris à leur compte par les RG, concerne ce «mouvement qui s'érige en contre-pouvoir municipal, s'accompagnant de pressions et d'intimidations sur les élus». Pourtant, quand il était dans l'opposition municipale, Manuel Aeschlimann s'était appuyé sur «l'organisation Elahi» pour contester l'ancien maire. Une fois élu, il avait même bombardé l'un de ses responsables au poste d'adjoint, avant de lui retirer sa délégation l'an dernier. Quant aux pressions, son directeur de cabinet, Francis Pourbagher, a porté plainte parce qu'un responsable associatif aurait un jour tenté de lui foncer dessus au volant de sa voiture. Le bras droit du maire vient d'être renvoyé en correctionnel pour dénonciation calomnieuse.

L'atmosphère est franchement empoisonnée à Asnières. Les deux camps ne cessent de se dénigrer. Pour Me Olivier Maurice, avocat d'un ancien membre de la fondation, spécialiste des sectes et notamment de la scientologie, ce mode de harcèlement textuel est typique d'un «comportement que l'on retrouve dans certaines organisations à caractère sectaire». Mais il semble bien partagé à Asnières.

Danger. L'une des victimes collatérales de ces règlements de comptes est Mayetic, une start-up spécialisée dans l'espace collaboratif (Intranet sur Internet) dont la Caisse des dépôts possède un tiers du capital. Elle est dirigée par deux responsables associatifs de la fondation Elahi, et a donc eu droit à sa note RG insistant sur le fait qu'elle équipe l'Otan, les directions générales de la gendarmerie nationale et de l'aviation civile. Danger ! Risque d'infiltration ! «Tous nos clients et actionnaires potentiels ont pris peur, la société a été liquidée en un mois et demi, résume son fondateur, Bruno de Beauregard. Il est inadmissible qu'on puisse ainsi flinguer une boîte en plein essor.» La mairie a dû se fendre d'un énième communiqué ­ l'imprimerie, voilà au moins un secteur qui marche bien à Asnières ­ pour rejeter toute responsabilité dans le torpillage de la start-up.

L'affaire Aeschlimann-Elahi se double d'un «Irasnières Gate», selon la terminologie locale. Les Iraniens sont partout ! Au sein de la famille Elahi, donc, originaire d'un village kurde à 80 km au nord de Téhéran ; à la mairie, en la personne de Francis Pourbagher, récemment interviewé par la télé iranienne en compagnie de sa femme française, recouverte pour l'occasion d'un voile. Les deux camps protestent de leur républicanisme antimollahs : «Les Elahi ont quitté l'Iran en 1993, treize ans après la révolution islamique, se justifie Pourbagher. Moi, je suis parti en 1979.» Aeschlimann peut être satisfait : «Je ne suis plus l'affreux du village, le problème dépasse largement le cas d'Asnières.» De fait, on ne s'est jamais autant intéressé à sa bonne ville de banlieue ouest, en plein fief sarkozyste.

Libé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
ours impatient
Drôle de zèbre
avatar

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: secte ou religion   Lun 3 Avr - 9:32

pas pu résister... (Littré)

    SECTE
    (sè-kt') s. f.

    Ensemble de personnes qui font profession d'une même doctrine.

    Si elle me fait être de quelque secte, ce ne sera pas de celle qui maintient que la douleur n'est point un mal, et que le sage est toujours heureux, VOIT. Lett. 26.

    En lisant cet auteur [Montaigne] et le comparant avec Épictète, j'ai trouvé qu'ils étaient assurément les deux plus grands défenseurs des deux plus célèbres sectes du monde [le pyrrhonisme et le stoïcisme], PASC. Entr. avec M. de Saci.

    La secte des philosophes italiques et celle des ioniques la remplissaient [la Grèce] de grands hommes, parmi lesquels il se mêla beaucoup d'extravagants à qui la Grèce curieuse ne laissa pas de donner le nom de philosophes, BOSSUET, Hist. I, 8.

    Quand vous dites que le sang circule, que l'air pèse, que les rayons du soleil sont des faisceaux de sept rayons réfrangibles, vous n'êtes ni de la secte d'Harvey, ni de celle de Torricelli, ni de celle de Newton ; vous acquiescez seulement à des vérités démontrées par eux, et l'univers entier sera à jamais de votre avis, VOLT. Dict. phil.

    Secte. Secte et erreur sont synonymes : tu es péripatéticien et moi platonicien ; nous avons donc tous deux tort ; car tu ne combats Platon que parce que ses chimères t'ont révolté, et moi je ne m'éloigne d'Aristote que parce qu'il m'a paru qu'il ne sait ce qu'il dit, VOLT. ib. Secte, 2.

    Elle [la philosophie] fait secte encore, comme elle faisait autrefois chez les anciens, et comme elle faisait chez nous dans les siècles passés, c'est-à-dire que l'on adopte, à quelques variations près, le système entier des opinions d'un philosophe, DESTUTT-TRACY, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. IV, p. 547.

    Particulièrement. Ensemble de ceux qui suivent une opinion accusée d'hérésie ou d'erreur.

    Leur secte [des chrétiens] est insensée, impie et sacrilége, CORN. Poly. I, 3.

    Toutes les religions et les sectes du monde ont eu la raison naturelle pour guide ; les seuls chrétiens ont été astreints à prendre leurs règles hors d'eux-mêmes, et à s'informer de celles que Jésus-Christ a laissées aux anciens, PASC. Pens. XXIV, 41, éd. HAVET.

    Le premier qui a fait secte dans l'Église, c'est Bérenger, BOSSUET, Var. XV. Faire secte à part, c'est rompre les liens extérieurs de l'unité de l'Église, BOSSUET, ib.

    La Hollande elle-même, d'où nous viennent tous ces écrits, s'est-elle bien déclarée en faveur de la liberté de toutes les sectes et même de la socinienne ? BOSSUET, Déf. Var. Ier disc. 4.

    Aussi a-t-on toujours remarqué qu'une secte nouvelle, introduite dans un État, était le moyen le plus sûr pour corriger tous les abus de l'ancienne, MONTESQ. Lett. pers. 85.

    N'est-ce pas une chose plaisante que Luther, Calvin, Zwingle, tous écrivains qu'on ne peut lire, aient fondé des sectes qui partagent l'Europe, et que MM. Newton, Clarke, Locke, le Clerc, etc. les plus grands philosophes et les meilleures plumes de leur temps, aient pu à peine venir à bout d'établir un petit troupeau ? VOLT. Dict. phil. Sociniens.

    L'Angleterre et la Hollande doivent peut-être autant leur tranquillité religieuse à la multiplicité des sectes qu'à leur police, DUCLOS, Oeuvr. t. V, p. 186.

    Je considérais cette diversité des sectes qui règnent sur la terre, et qui s'accusent mutuellement de mensonge et d'erreur ; je demandais : quelle est la bonne ? chacun me répondait : c'est la mienne, J. J. ROUSS. Ém. IV.

    On sait que la secte des Druzes a commencé en Égypte vers l'an 400 de l'hégire, sous le règne du khalife Abou-Ali-Mansour, SILV. DE SACY, Instit Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 82.

    Fig. Faire secte, faire secte à part, se distinguer des autres par des opinions singulières.

    Etymologie

    Hist. II, 282. Provenç. et espagn. secta ; portug. secta, seita ; ital. setta ; du lat. secta, de sequi, suivre, ou de secare, couper. Les étymologistes varient ; mais il est certain que sequi a pu donner, comme on le voit par sectari, et par sectio au sens de poursuite, secta au sens de secte.


donc suivre ou ne pas suivre,...

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ours impatient
Drôle de zèbre
avatar

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: secte ou religion   Lun 3 Avr - 10:12

en attendant, l'Afrique est sans doute reconnaissante aux medias occidentaux de fêter, encore maint'nant qu'il est bouffé par les vers, "l'immense héritage" laissé par JPII.

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croustine
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2275
Localisation : 45°46/4°50
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: secte ou religion   Lun 3 Avr - 10:38

alejandro a écrit:
En fait, la distinction est tellement difficile à faire qu'au bout du compte il faut se résoudre à la conclusion qui s'impose. C'est la même chose.
Pas tout à fait. Une église est une secte qui a réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.claudeveyret.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: secte ou religion   

Revenir en haut Aller en bas
 
secte ou religion
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: bonjour le monde :: Monde réel-
Sauter vers: