Vocabulis


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Europe de demain...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Deliege
Volubile
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Localisation : Sarthe
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 21:53

alejandro a écrit:
Deliege a écrit:

On peut ne pas être d'accord avec Guetta, mais je ne vois pas en quoi ce sont des "contorsions sémantiques" ...

C’est une contorsion sémantique en ce que la raison du non était ni plus ni moins le refus du libéralisme et que le monsieur cherche d’autres explications tarabiscotées.

Deliege a écrit:

Les "nonistes" (ou plutôt une fraction d'entre eux") ne voulaient pas de llibéralisme et plus de pouvoir politique ... ils ont obtenu autant de libéralisme et moins de pouvoir politique ...

La différence est que le libéralisme ne peut prétendre à aucune légitimité. Quant au pouvoir politique, attendons voir les élections législatives et présidentielles avant de juger s’ils ont eu ou non plus de pouvoir politique.

Deliege a écrit:
on attend toujours des "nonistes" qu'ils démontrent leur intelligence politique avec l'esquisse d'une ébauche de brouillon d'alternative ...

Hors sujet. La question était de savoir si on acceptait ou non le libéralisme qui transpirait du TCE. On a eu la réponse.

Quant à l’alternative au libéralisme ça s’appelle le keynésianisme. Le libéralisme a conduit l’Occident au crack boursier et à la guerre ; le keynésianisme a recollé les morceaux et reconstruit un Occident ruiné, et ce dans une relative justice sociale. On déclare le keynésianisme out, ringard, dépassé, archaïque, et on nous réimpose un libéralisme qui s’est déjà montré catastrophique dans le passé et se montre ruineux et meurtrier aujourd’hui.

1) Réduire le sens du "Non" français à un refus du libéralisme est un peu audacieux (Cf. pour seul exemple, celui de De Villiers ...)
2) Le libéralisme économique n'a que faire d'une légitimité politique et, dans ses fondements mêmes, il la rejette (d'où les réticences fortes de ses tenants au projet de constitution européenne)
3) Rejetter le libéralisme, c'est une chose, définir une alternative, c'est mieux ... ce serait donc le Keynesianisme ... (forte intervention de la puissance publique pour soutenir la demande et relancer la croissance), OK , je suis assez d'accord, sauf qu'il ne peut se pratiquer dans un seul pays ( à moins de fermer les frontières ...) et que donc, le cadre européen, ce serait pas trop mal, sous réserve que la puissance publique dispose d'institutions adéquates, ce qu'ont rejeté les "nonistes" de tout poil ...
On a parlé d'incohérence ? .... voire de "stupidité" ???? Elle est sans doute bien partagée ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 22:12

Deliege a écrit:

1) Réduire le sens du "Non" français à un refus du libéralisme est un peu audacieux (Cf. pour seul exemple, celui de De Villiers ...)


Plus audacieux c’est de réduire le non à de villiers. C’est une tentative supplémentaire pour donner mauvaise conscience aux français en les traitant de racistes et de xénophobes. Le non s’est gagné à gauche, que ça te plaise ou non.

Deliege a écrit:

2) Le libéralisme économique n'a que faire d'une légitimité politique

D’où ma comparaison avec le nazisme et le communisme, ce qui rend urgent de le combattre.


Deliege a écrit:

3) ... (forte intervention de la puissance publique pour soutenir la demande et relancer la croissance), OK , je suis assez d'accord, sauf qu'il ne peut se pratiquer dans un seul pays ( à moins de fermer les frontières ...) et que donc, le cadre européen, ce serait pas trop mal, sous réserve que la puissance publique dispose d'institutions adéquates, ce qu'ont rejeté les "nonistes" de tout poil ...
On a parlé d'incohérence ? .... voire de "stupidité" ???? Elle est sans doute bien partagée ...


Je ne sais pas où est-ce que tu es allé chercher que le keynésianisme ne peut se pratiquer que dans un seul pays. Le plan marshall était un plan keynésien est a été supporté par les états unis seuls pour reconstruire toute l’europe occidentale. En europe même, l’Espagne a grandement bénéficié d’un keynésianisme européen, dans le but de le faire remonter au niveau des autres pays de la CEE. Aujourd’ui, ce dont il est question est de rabaisser les pays traditionnels de l’union au niveau des nouveaux arrivants.

Quant aux institutions adéquates, ce n’était pas un accord qui soumettait toute considération à la concurrence sauvage qui seraient franchement à même de pratiquer une politique économique keynésienne.

La cohérence n’est certainement pas celle des socialistes français qui prétendaient combattre le libéralisme avec des institutions et des accords européens ultra-libéraux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 22:46

alejandro a écrit:
Quant à l’alternative au libéralisme ça s’appelle le keynésianisme. Le libéralisme a conduit l’Occident au crack boursier et à la guerre ; le keynésianisme a recollé les morceaux et reconstruit un Occident ruiné, et ce dans une relative justice sociale. On déclare le keynésianisme out, ringard, dépassé, archaïque, et on nous réimpose un libéralisme qui s’est déjà montré catastrophique dans le passé et se montre ruineux et meurtrier aujourd’hui.

Keynes était un libéral conservateur, et point du tout socialisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Deliege
Volubile
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Localisation : Sarthe
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 22:46

alejandro a écrit:
Deliege a écrit:

1) Réduire le sens du "Non" français à un refus du libéralisme est un peu audacieux (Cf. pour seul exemple, celui de De Villiers ...)


Plus audacieux c’est de réduire le non à de villiers. C’est une tentative supplémentaire pour donner mauvaise conscience aux français en les traitant de racistes et de xénophobes. Le non s’est gagné à gauche, que ça te plaise ou non.

Deliege a écrit:

2) Le libéralisme économique n'a que faire d'une légitimité politique

D’où ma comparaison avec le nazisme et le communisme, ce qui rend urgent de le combattre.


Deliege a écrit:

3) ... (forte intervention de la puissance publique pour soutenir la demande et relancer la croissance), OK , je suis assez d'accord, sauf qu'il ne peut se pratiquer dans un seul pays ( à moins de fermer les frontières ...) et que donc, le cadre européen, ce serait pas trop mal, sous réserve que la puissance publique dispose d'institutions adéquates, ce qu'ont rejeté les "nonistes" de tout poil ...
On a parlé d'incohérence ? .... voire de "stupidité" ???? Elle est sans doute bien partagée ...


Je ne sais pas où est-ce que tu es allé chercher que le keynésianisme ne peut se pratiquer que dans un seul pays. Le plan marshall était un plan keynésien est a été supporté par les états unis seuls pour reconstruire toute l’europe occidentale. En europe même, l’Espagne a grandement bénéficié d’un keynésianisme européen, dans le but de le faire remonter au niveau des autres pays de la CEE. Aujourd’ui, ce dont il est question est de rabaisser les pays traditionnels de l’union au niveau des nouveaux arrivants.

Quant aux institutions adéquates, ce n’était pas un accord qui soumettait toute considération à la concurrence sauvage qui seraient franchement à même de pratiquer une politique économique keynésienne.

La cohérence n’est certainement pas celle des socialistes français qui prétendaient combattre le libéralisme avec des institutions et des accords européens ultra-libéraux.

1) Que ça te plaise ou non, il n' ya vait pas que anti - libéraux parmi les partisans du "non" ...
2) Je pense en effet que c'est au niveau de l'Europe qu'une politique keynesienne doit être tentée (nous ne sommes plus dans les années 30 ou 40 et la tentative de relance de 1981 en France seule a été un échec)
3) Le projet de constitution a été rejeté certes( bravo le "grand capital " mondial en tremble encore !!) Que proposent ceux qui y ont contribué (à gauche) pour relancer la mise en place d'institutions poltiques fortes (et démocratiques) et la conduite d'une politique keynésienne ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 22:52

alejandro a écrit:
C'est supposer que le libéralisme s'imposera quoi qu'il arrive.

Il ne s'imposera pas : il a été choisi par les peuples qui ont voté Oui à Maëstricht et ceux qui ont intégré l'Union après ce vote. L'union est libérale, et rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:03

Fulmi a écrit:
alejandro a écrit:
Quant à l’alternative au libéralisme ça s’appelle le keynésianisme. Le libéralisme a conduit l’Occident au crack boursier et à la guerre ; le keynésianisme a recollé les morceaux et reconstruit un Occident ruiné, et ce dans une relative justice sociale. On déclare le keynésianisme out, ringard, dépassé, archaïque, et on nous réimpose un libéralisme qui s’est déjà montré catastrophique dans le passé et se montre ruineux et meurtrier aujourd’hui.

Keynes était un libéral conservateur, et point du tout socialisant.

Je n'ai jamais dit que Keynes était socialiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:07

Fulmi a écrit:
alejandro a écrit:
C'est supposer que le libéralisme s'imposera quoi qu'il arrive.

Il ne s'imposera pas : il a été choisi par les peuples qui ont voté Oui à Maëstricht et ceux qui ont intégré l'Union après ce vote. L'union est libérale, et rien d'autre.

J'ai été de ceux qui ont regretté le oui à Maastricht le lendemain même du vote, et qui par la suite ont eu de plus en plus de raisons de le regretter. La tromperie sur la marchandise a marché une fois, pas deux. Tu ne peux pas dire que ça a été choisi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Deliege
Volubile
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Localisation : Sarthe
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:19

alejandro a écrit:
Fulmi a écrit:
alejandro a écrit:
C'est supposer que le libéralisme s'imposera quoi qu'il arrive.

Il ne s'imposera pas : il a été choisi par les peuples qui ont voté Oui à Maëstricht et ceux qui ont intégré l'Union après ce vote. L'union est libérale, et rien d'autre.

J'ai été de ceux qui ont regretté le oui à Maastricht le lendemain même du vote, et qui par la suite ont eu de plus en plus de raisons de le regretter. La tromperie sur la marchandise a marché une fois, pas deux. Tu ne peux pas dire que ça a été choisi.

Allons Alejandro ... c'est le principe démocratique que tu contestes ainsi ...
C'est comme si je disais : les "nonistes" se sont trompés donc le "non" n'a pas été choisi ... (car en effet, de mon point de vue, il y a eu tromperie sur la marchandise !!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:20

Deliege a écrit:

1) Que ça te plaise ou non, il n' ya vait pas que anti - libéraux parmi les partisans du "non" ...

Il n'y a pas que des républicains, en france, il y a aussi des monarchistes ; ça n'autorise pas de dire que les français sont monarchistes.

Deliege a écrit:

2) Je pense en effet que c'est au niveau de l'Europe qu'une politique keynesienne doit être tentée (nous ne sommes plus dans les années 30 ou 40 et la tentative de relance de 1981 en France seule a été un échec)


ouais, reste que la france reste un des pays qui a le mieux résisté l'invasion libérale et qu'économiquement elle ne s'en porte pas plus mal qu'une autre. Alors échec, faut quand même relativiser.

Deliege a écrit:

3) Le projet de constitution a été rejeté certes( bravo le "grand capital " mondial en tremble encore !!)

Ca les quand même bien fait chier.

Deliege a écrit:

Que proposent ceux qui y ont contribué (à gauche) pour relancer la mise en place d'institutions poltiques fortes (et démocratiques) et la conduite d'une politique keynésienne ???

Un exécutif européen sous contrôle parlementaire, des membres de la commission responsables politiquement, et non seulement administrativement, de leurs actes ; la fin d'une conduite ultralibérales dans les affaires extérieures européennes, notamment au sein de l'OMC ; l'interdiction du lobbyng institutionnalisé qui a cours à BXL, la mise sous contrôle politique de la BCE ; une BCE qui soit plus préoccupée de lutter pour la croissance et contre le chômage et de moins conduire les affaires au bénéfice des rentiers (taux directeurs élevés) et des institutions financières ; taxe tobin ; la mise à niveau progressive des minima sociaux chez les nouveaux arrivants par rapport aux pays déjà dans l'UE depuis longue date, plutôt que la mise en concurrence directe des salaires des uns et des autres ...

Je ne dis que ce qui me passe par la tête. Tu veux une thèse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:24

Deliege a écrit:

Allons Alejandro ... c'est le principe démocratique que tu contestes ainsi ...
C'est comme si je disais : les "nonistes" se sont trompés donc le "non" n'a pas été choisi ... (car en effet, de mon point de vue, il y a eu tromperie sur la marchandise !!)

Le principe démocratique a été bafoué aussi bien au moment de Maastricht qu'au moment du TCE. la moindre des choses, lorsqu'il y a des scrutins, c'est que chacune des parties puisse s'exprimer librement. Lors des deux référendums, la quasi totalité des médias écrits ont fait campagne pour le oui, la totalité sans exception des médias audiovisuels de même, la campagne de dénigrement des partisans du non a atteint des sommets qu'on n'avait jamais vu en europe.

Pour Maastricht, on a été trompés, ce n'est pas contestable. J'entends encore Delors et son "Donnez-nous Maastricht, on vous donnera l'Europe sociale."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:34

alejandro a écrit:
La tromperie sur la marchandise a marché une fois, pas deux. Tu ne peux pas dire que ça a été choisi.

Maëstricht a été le choix définitif du modèle de société choisi pour l'Union européenne. Le libéralisme est désormais gravé dans le marbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:36

alejandro a écrit:
Pour Maastricht, on a été trompés, ce n'est pas contestable. J'entends encore Delors et son "Donnez-nous Maastricht, on vous donnera l'Europe sociale."

Fallait pas le croire. C'est lui qui a enterré le socialisme à la française après le départ de Gros Quinquin du Premier ministère (83 ou 84, Deliège devrait savoir sans chercher).


Dernière édition par le Sam 17 Juin - 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:37

Fulmi a écrit:
alejandro a écrit:
La tromperie sur la marchandise a marché une fois, pas deux. Tu ne peux pas dire que ça a été choisi.

Maëstricht a été le choix définitif du modèle de société choisi pour l'Union européenne. Le libéralisme est désormais gravé dans le marbre.

Les accords de Munich ont aussi gravé dans le marbre la supprématie du nazisme en europe centrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:38

Fulmi a écrit:
alejandro a écrit:
Pour Maastricht, on a été trompés, ce n'est pas contestable. J'entends encore Delors et son "Donnez-nous Maastricht, on vous donnera l'Europe sociale."

Fallait pas le croire. C'est lui qui a étnterré le socialisme à la française après le départ de Gros Quinquin du Premier ministère (83 ou 84, Deliège devrait savoir sans chercher).

83.

Fallait pas le croire, en effet, mais à l'époque j'étais un jeune électeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:38

alejandro a écrit:
Les accords de Munich ont aussi gravé dans le marbre la supprématie du nazisme en europe centrale.

En aucune façon. Ce n'était pas un référendum démocratique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Deliege
Volubile
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Localisation : Sarthe
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:39

Il ne manquait plus que la théorie du complot ...
Je te fais remarquer qu'un certain nombre des propositions institutionnelles que tu évoques figuraient dans le projet de constitution ...
Ce n'était peut -être pas parfait, mais au moins c'était mieux que le traité de Nice ... qui continue de s'appliquer ...
Donc je renouvelle ma question : on fait quoi maintenant ?
Ah au fait, je suppose que les pays qui ont approuvé le projet sont peuplés de crétins manipulés ou de dangereux ultra - libéraux ... Il est vrai que la France et sa gauche éclairée ont toujours été d'avant garde ...
En attendant, on fait comment pour faire baisser le chomage et augmenter les revenus des plus pauvres ? On attend le "grand soir" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deliege
Volubile
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Localisation : Sarthe
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:44

Fulmi a écrit:
alejandro a écrit:
Pour Maastricht, on a été trompés, ce n'est pas contestable. J'entends encore Delors et son "Donnez-nous Maastricht, on vous donnera l'Europe sociale."

Fallait pas le croire. C'est lui qui a enterré le socialisme à la française après le départ de Gros Quinquin du Premier ministère (83 ou 84, Deliège devrait savoir sans chercher).

Non 84 Alejandro : après les manifs pour l'école privée ...
En 83,Mauroy avait résisté aux municipales.
Mais la "Pause" des réformes, en effet pronée par Delors, mais soutenue par Mauroy, contre l'avis de nos bons Fabius et autres opportunistes, remonte au plus tard à l'été 82, voire dès la fin de l'année 81 ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Sam 17 Juin - 23:59

Deliege a écrit:
Il ne manquait plus que la théorie du complot ...

Le fait est que la totalité des élites étaient pour et que c’est le non qui a gagné.

Deliege a écrit:

Je te fais remarquer qu'un certain nombre des propositions institutionnelles que tu évoques figuraient dans le projet de constitution ...

Ah ouais ? Lesquelles, s’il te plaît ? Et où, dans le TCE ?

Deliege a écrit:

Ce n'était peut -être pas parfait, mais au moins c'était mieux que le traité de Nice ... qui continue de s'appliquer ...

D’abord, je n’ai pas le souvenir qu’on m’ait demandé mon avis sur Nice. En revanche, j’ai le souvenir d’un jospin et d’un chirac qui, de retour de nice, expliquaient combien ce traité était génial.

Ensuite, le TCE c’est Nice plus quelques aménagements qui ne portent pas sur des choix de société mais sur la répartition des pouvoirs entre différents pays. C’est aussi la daube de la deuxième partie du TCE. C’est le TCE en entier qui a été rejeté, pas le TCE moins le traité de Nice. On pourra prétendre que les peuples ont accepté Maastricht, mais pas Nice.

Pour finir, les anglais étaient bien partis pour voter non et les oui-ouistes allemands n’étaient franchement pas sûrs de leur coup.

Deliege a écrit:

Donc je renouvelle ma question : on fait quoi maintenant ?

Si on veut absolument une constitution européenne, on pourrait déjà commencer par une constituante.

Deliege a écrit:

Ah au fait, je suppose que les pays qui ont approuvé le projet sont peuplés de crétins manipulés ou de dangereux ultra - libéraux ...

Bah nous on s’est fait avoir avec Maastricht, mais on s’est pas fait avoir une deuxième fois. Les espagnols n’ont pas été consultés à-propos de Maastricht, et du coup, ils se sont fait avoir la première fois qu’ils ont été consultés. A vrai dire, en Espagne, il n’y a pas eu de débat. Quand j’ai parlé avec ma famille espagnole et que je leur ai expliqué ce qu’il y avait dans le TCE, ils tombaient des nues. Il y a une constante : autour de moi, tout du moins, ceux qui ont lu et étudié le TCE ont voté non ; ceux qui ont voté oui c’étaient ceux qui disaient que de toute façon, c’était trop compliqué, et qu’ils faisaient confiance aux hommes politiques ….. je le jure que c’est ce qu’ils disaient !!! En Espagne, il y a moins de gens qui ont lu le TCE qu’en France.

Deliege a écrit:

Il est vrai que la France et sa gauche éclairée a toujours été d'avant garde ...

Toujours peut-être pas, mais c’est arrivé plus d’une fois.

Deliege a écrit:

En attendant, on fait comment pour faire baisser le chomage et augmenter les revenus des plus pauvres ? On attend le "grand soir" ?


Une idée serait ce que démange tous les leaders politiques européens en ce moment : casser la gueule de trichet qu’il arrête de faire chier avec cette inflation qui n’existe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Dim 18 Juin - 0:00

Fulmi a écrit:
alejandro a écrit:
Les accords de Munich ont aussi gravé dans le marbre la supprématie du nazisme en europe centrale.

En aucune façon. Ce n'était pas un référendum démocratique.

Ils étaient mandatés par leurs peuples respectifs et acclamés à leur retour d'avoir su éviter la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Deliege
Volubile
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Localisation : Sarthe
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Dim 18 Juin - 0:08

coucou

Allez bonne nuit ! On remet ça demain ? Contenu du TCE ...
Alejandro, tu es sans doute au moins aussi tétu que moi. D

En toute cordialité !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Dim 18 Juin - 0:10

wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Deliege
Volubile
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Localisation : Sarthe
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Dim 18 Juin - 10:59

coucou

Allez, on reprend à partir de ce qu'Alejandro attendait de la Constitution.

1) "Un exécutif européen sous contrôle parlementaire" :

Le président de la Commission sera élu par le Parlement européen en fonction de la majorité politique aux élections européennes.
C’est le président de la Commission qui aura la maîtrise du choix de ses commissaires et il pourra donc veiller à la cohérence politique de l’équipe.
"La Commission, en tant que collège, est responsable devant le Parlement européen", qui peut adopter une motion de censure (article I-26).

NB : Titre V étendant les pouvoirs du parlement :en étendant à 27 domaines le champ de la procédure de codécision nommée "procédure législative ordinaire" qui plaçait le Parlement sur un pied d'égalité avec le Conseil de l'Union. Le président de la Commission devait être élu par le Parlement européen à la majorité de ses membres, sur proposition du Conseil européen statuant à la majorité qualifiée ( c'est à dire : décision prise si elle recueille 55% des Etats membres incluant au moins 15 pays et 65% de la population. Pour éviter un droit de veto de la part des trois plus grand pays, un minimum de quatre pays aurait été nécessaire pour constituer une minorité de blocage.

[b]2)"Le contrôle de la BCE":


"Possibilité pour les pays membres de la zone €, d' adopter à la majorité qualifiée des mesures visant à élaborer des orientations de politique économique (art III 194).
De même, ils décideront seuls des orientations de l’Eurogroupe (art III 197), pourront adopter des positions communes à la veille des réunions financières internationales et décider d’une représentation unique de l’Eurogroupe au sein des institutions et conférences financières internationales (art III 196). Il y aura également un président stable de l’Eurogroupe, élu pour un mandat de deux ans et demi."

NB : Faute de ces dispositions, la Banque centrale reste indépendante. L’Eurogroupe n'est pas reconnu. Aucun gouvernement économique n'est possible. Les treize pays qui ne sont pas de la zone Euro disposeront d’un droit de veto sur la politique économique des douze pays qui en sont membres !

3) Contre le principe d’un "marché unique où la concurrence est libre et non faussée":

Ce principe n’a jamais interdit aucune régulation du marché par la puissance publique. Pour preuve, les deux tiers du budget de l’Europe sont consacrés à la PAC et aux fonds structurels qui ont pour objet de corriger le marché.

NB : Le traité constitutionnel ayant été rejeté, on conserve "la concurrence libre et non faussée" et l’Europe ne se fixera pas comme objectifs "le plein emploi", "le progrès social", "le développement durable" et "l’économie sociale de marché"

"L’Union oeuvre pour le développement durable de l’Europe (...), une économie sociale de marché hautement compétitive qui tend au plein emploi et au progrès social (...). Elle combat l’exclusion sociale et les discriminations, et promeut la justice et la protection sociales, l’égalité entre les femmes et les hommes, la solidarité entre les générations et la protection des droits de l’enfant. Elle promeut la cohésion économique, sociale et territoriale (...)."

NB :Alors que dans le traité de Rome (marché commun), l’acte unique (marché intérieur), le traité de Maastricht (monnaie), la question économique était traitée de façon quasi exclusive, la Constitution mettait au premier plan des objectifs sociaux. Ces objectifs trouvaient déjà une première concrétisation dans la Constitution elle -même (avec notamment la Charte des droits fondamentaux, la reconnaissance des services publics ou le sommet social annuel.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Dim 18 Juin - 12:50

alejandro a écrit:
Ils étaient mandatés par leurs peuples respectifs et acclamés à leur retour d'avoir su éviter la guerre.

Ici, il n'y a pas de guerre. Ce ne sont que des options économiques et administratives qui sont en jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
ours impatient
Drôle de zèbre
avatar

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Dim 18 Juin - 12:55

alejandro a écrit:
zut !!!

il y a déjà quelqu'un qui prend les articles de jennar sur son site.

Pourtant, j'ai eu l'idée avant, ça fait trois jours que ceci est en ligne.

Avouez que c'est plus agréable que sur fond jaune.
c'est une bonne idée ce site

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Europe de demain...   Mer 21 Juin - 18:18

Tu es un peu dur, là. Depuis plus d’un ans, maintenant, le détail du TCE m’est sorti de la tête, mon exemplaire se trouve au fond d’une caisse, car j’ai déménagé il y a quelques mois et j’ai changé d’ordinateur, ce qui fait que toutes mes notes concernant le TCE se trouvent je ne sais dans quel disque de sauvegarde.


Les réformes institutionnelles que tu évoques dans ton premier point restent mineures et ne changent pas l’essentiel. Dans la commission précédente, le commissaire au commerce était Pascal Lamy, qui a conduit une politique ultra-libérale à tout crins sans que rien ni personne puisse l’en empêcher. Avec le TCE, cette situation serait restée inchangée.

La BCE restait indépendante avec le TCE. Les articles qui la concernaient notaient noir sur blanc qu’elle était indépendante que qu’aucun gouvernement ou instance politique n’avait à faire pression sur elle.

La concurrence non faussée était inscrite dans les tout premiers articles du TCE, et dans tous les articles suivants, quelque soit le sujet, soumettait ce sujet à la nécessité de ne pas aller à l’encontre de ces premiers articles.

"L’Union oeuvre pour le développement durable de l’Europe (...), une économie sociale de marché hautement compétitive qui tend au plein emploi et au progrès social (...) ."


Nulle part est défini ce qui l’on est censé comprendre par « économie sociale » ; en revanche, par « hautement compétitive » on peut comprendre, et d’ailleurs, on comprend, « aligner les salaires par le bas » ; « qui tend vers au plein emploi et le progrès social » est un dogme de l’ultralibéralisme qui s’est rarement vérifié.

La charte des droits fondamentaux était une vaste plaisanterie ; d’abord elle était en retrait par rapport à ce qui a cours au sein du conseil de l’europe, ensuite, tout ce qui la concernait était annulé par plusieurs autres articles, notamment ceux qui définissaient la cour, qui n’était pas compétente pour juger les questions des droits fondamentaux. Nulle part dans la constitution il n’était question de services publiques, il était question de SIEG (si je me souviens bien du nom) qui n’a jamais été définie dans les différents livres blancs et verts publiés comme des services sociaux, contrairement à ce que prétendaient les oui-ouistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Europe de demain...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Europe de demain...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Mika animateur sur Europe 1 Lundi 26 Avril
» Webstore (harmonica) Europe
» Des musées de la musique en Europe
» Une Touche d'Optimisme - En avant pour demain
» Birdy Nam Nam; premier album scratch d'Europe...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: bonjour le monde :: Monde réel-
Sauter vers: