Vocabulis


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 endettement de la france

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: endettement de la france   Sam 15 Juil - 17:45

Roudoudou a écrit:
Je suis étonné qu'une prècision de ce type [le fait que les gens du FMI et de la Banque mondiale soient des fonctionnaires et donc, ne puissent pas être des libéraux] ne provoque aucun trouble chez vous. Je ne vous demande pas de vous ranger à mon opinion mais simplement de mettre vos certitudes attives à la question.


Tu sais, le libéralisme n’est pas à une contradiction près, plus rien ne peut plus nous étonner.

Il est intéressant de noter que si le libéralisme s’est imposé dans plusieurs pays, cela ne s’est pas fait de façon naturelle, comme sous l’impulsion d’une idéologie qui aurait gagné les masses. Jamais le libéralisme n’a gagné des élections. Là où il a pris le contrôle de l’appareil de l’Etat, ça a été fait en masquant ses intentions, en passant pour autre chose que ce qu’ils sont, en mentant. Aux Etats Unis avec Reagan puis Bush fils et en Grande Bretagne avec Thatcher, les électeurs croyaient porter au pouvoir des conservateurs. En Grande Bretagne encore avec Blair, ils croyaient revenir sur la casse Thatchérienne, il l’a prolongée. En Nouvelle Zélande, on a cru élire des travaillistes. Dans les instances européennes, on croyait nommer des gens occupés à développer la collaboration des Etats-membres. Et ainsi de suite. Une fois au pouvoir, les libéraux ont déployé une énergie étatique considérable à casser tout ce qui avait été construit auparavant, avec moult lois, réglementations, ordonnances, directives et décrets. Il n’y a qu’à voir l’inflation réglementariste européenne pour s’en convaincre.

Autre contradiction : la doxa libérale veut laisser jouer la concurrence et que l’Etat s’abstienne de corriger le marché afin de ne pas le fausser. Tout ça avec l’idée que l’efficacité du marché sélectionne les meilleurs produits aux meilleurs prix. L’observation des faits montre que le laisser-faire préconisé par les libéraux conduit au contraire à une concentration des capitaux, aux rachats des entreprises les unes par les autres, aux arrangements entre dirigeants, notamment sur les prix, et à la restriction des choix possibles pour le consommateur et, en définitive, à l’anéantissement de la concurrence sur le marché.

On peut encore noter que les plus prompts à réclamer des « réformes » libérales ne sont pas les derniers à réclamer à l’Etat des subventions lorsque leurs boites traversent des difficultés.

Des comme ça, je pourrais en sortir à la pelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Lun 17 Juil - 0:36

Roudoudou a écrit:
Marcel,, le fait d'$etre musilman ne t'autorise pas à jongler avec le vocabulaire économique.
Je ne "jongle" pas avec le vocabulaire économique, je l'utilise, nuance, et cela, non pas parce que je suis musulman, mais parce que je crois avoir quelque compétence en ce domaine.
Citation :
Il est évident que tu ne comprends pas le sens du mot épargne. Tu dis pour investir, il faut dépenser et non pas épargner. Tu ne comprends pas le sens du mot Epargne. Dés que tu investis, c'est forcément avec de l'argent qui a été épargné (par toi ou par quelqu'un d'autre.) Donc pour investir, il faut de l'épargne,
Et où ai-je dis le contraire ? Donc, ce que tu dis, c'est qu'il y a un temps pour épargner, et un temps pour dépenser (investir). Je n'ai rien à redire à ça. Mais il est évident que si certains veulent épargner, d'autres doivent consommer pour fournir de l'argent à ceux qui épargnent. Maintenant, je n'ai pas dit non plus qu'il fallait consommer "à flux tendu", si j'ose dire ; il est évident qu'il faut épargner pour investir. Mais au tout début du post, on parlait de la dette publique, et je faisais remarquer qu'emprunter à taux d'intérêt avait mis beaucoup d'états, pauvres ou "développés", dans une situation difficile, parfois très difficile, et qu'un autre système pour investir aurait pu éviter ces situations. D'ailleurs, tu ne m'as pas contredit sur ce point. Je ne parlais pas uniquement de l'épargne et je ne considère pas cette dernière comme une mauvaise chose. Cela dit, j'ai l'impression que tu fais une fixette sur cette notion d'épargne : il y a d'autres facteurs qui entrent en jeu en économie.
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Lun 17 Juil - 0:41

Roudoudou a écrit:
Quant aux délocalisations et aux privatisations, elles existent mais les chiffres que je te donnent doivent t'inciter à les relativiser et à ne pas prendre ce mouvement pour une progression réelle du libéralisme en France.
Tu te moques de moi, là ? Il est évident que tout doit presque toujours être relativisé, mais tu ne veux tout de même pas me faire avaler que l'augmentation des délocalisations et des privatisations (aug-men-ta-tion, capiche ?) est une vue de l'esprit ? Et tu ne veux tout de même pas me faire avaler qu'il s'agit d'un recul du libéralisme ou d'une progression du "socialisme" ? Cela dit, je le répète, je n'ai rien contre les privatisations des entreprises publiques, au contraire, tout dépend de comment on s'y prend.
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Lun 17 Juil - 0:54

Roudoudou a écrit:
même dans les économies les plus administrés, les travailleurs et d'ailleurs tous les agents économiques sont toujours en concurrence avec les autres, toujours. c'est une réalité. Pour le travail et pour tout le reste. je ne sais pas si tu es locataire ou propriètaire mais l'un ou l'autre tu participes à l'augmentation des prix du logement dans ton quatier et tu chasses les personnes moins riches que toi vers d'autres quatiers.
Toujours, toujours... Non, pas toujours, justement. ça n'a pas toujours été le cas. Plutôt que de parler de concurrence, d'ailleurs, je préfère parler de complémentarité : chacun à la place à laquelle il est le meilleur pour le bien de tous. La "concurrence" dont tu parles (qui est une compétition) n'aboutira jamais qu'aux frustrations et, par voie de conséquence, aux conflits dont j'ai parlé plus haut. D'autant plus qu'on ne cesse de promouvoir cette idée chimérique de l' "égalité" à tout propos. Ce qui devrait compter, c'est de faire ce que l'on fait de mieux pour le bien d'autrui tout en sachant que cet autrui fait de même, et pas de faire toujours mieux que l'autre. Cette croyance au progrès indéfini dans tous les domaines est une autre chimère de notre temps.
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Lun 17 Juil - 1:08

Bon, j'ai pas encore tout lu. Mais déjà, je peux dire que je ne suis pas nostalgique d'EDF pour un sou, ni de France Télécom. Je peux même dire que j'aimerais bien que la poste soit privatisée, quoique je j'envisage les choses bien autrement que comme une concurrence pure et simple. Et je n'ai pas laissé entendre non plus que je pensais que les délocalisations et les privatisations massives de ces derniers temps étaient une question d'idéologie. Je ne suis ni "libéral", ni "socialiste", ni même entre les deux ou aux extrémités.
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Lun 17 Juil - 1:13

>>un déficit budgétaire énorme, <<

J'ai déjà dit comment on aurait pu ne pas tomber dans ce piège, mais ça aurait supposé un chamboulement total du système économique mondial (ce qu'il faut absolument, et ce que les chinois et les hindous vont bientôt, fort heureusement, nous imposer).

>>un marché du travail non concurentiel, un état que tout le monde reconnait incompétent.<<

Hou là là ! Un tel discours ne présage rien de bon... Dis, ton pseudo, c'est Roudoudou, mais ton véritable nom, ce serait pas Alain Madelin, par hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: endettement de la france   Mer 19 Juil - 16:24

Marcel a écrit:

un chamboulement total du système économique mondial (ce qu'il faut absolument, et ce que les chinois et les hindous vont bientôt, fort heureusement, nous imposer).

En Inde, il existe un esclavage par la dette. Je suis en difficulté, tu me prêtes de l’argent et je travaille pour toi jusqu’à la fin du remboursement. Tu décides de combien je dois te rembourser, de combien il me reste à rembourser ; moi, mais pas seulement moi, aussi mes enfants, travaillons pour toi tant que tu estimes que je te dois encore de l’argent. Et quand je serai mort, et que toi tu seras mort aussi, mes enfants continueront à travailler pour tes enfants tant que la dette n’a pas été remboursée, autrement dit, aussi longtemps que ça te plaise à toi, à tes enfants et aux enfants de tes enfants.

En Chine, on a jeté les paysans dans la misère et on les a incités à aller dans les bidonvilles pour constituer une main d’œuvre corvéable à merci ; ils gagnent pour ainsi dire rien, logent à plusieurs dans des pièces minuscules, se font jeter de leur boulot pour un oui ou pour un non et si jamais il s’avisaient à créer des syndicats, au mieux, on les enferme, au pire, on leur tire dessus.

Autant dire que je ne suis pas pressé de voir le système économique indien ou chinois s’imposer à nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Roudoudou
Bavard


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: endettement de la france   Ven 28 Juil - 9:35

Juste une réponse à Alejandro sur la Banque Mondiale. Il ne faut pas juger les gens sur ce qu'ils disent mais sur ce qu'ils font.
Si un communiste français prète de l'argent à un ami et que le jour du remboursement, son ami achète une voiture et lui dit qu'il ne peut pas le rembourser, le communiste prèteur va lui dire de réduire son niveau de vie et de dégager une épargne pour le rembourser. Ce communiste serait-il devenu un ultra-libéral? Je répète avec force, des fonctionnaires internationaux qui prètent de l'argent public à des états, c'est le contraire du libéralisme! Si une banque privée prète de l'argent privé à des entreprises privées, en suivant ta logique, c'est donc le communisme? la banque Mondiale est un créancier privilégié, on est au coeur du monopole public. C'est une question de définition.
Quant à tes remarques sur l'étalon or, cela ne change rien à ce que je dis, je parlais bien sûr de la suppression de 1914. Il est vrai que les tentatives maladroites de le restaurer dans les années 20 a joué un grand rôle dans le déclenchement de la crise.
Ceci dit, rigidité du marché du travail et déficit public expliquent à mon sens largement les difficultés économiques de la France. Cela ne fait pas de moi un ultra-libéral (sauriez-vous d'ailleurs définir un libéral non ultra, les communistes autrefois avaient beaucoup de mal à définir un anti-communiste qui soit non primaire). Je pense simplement que seules des mesures d'inspiration libérale peuvent faire baisser le chomage. exactement, comme je pense que si on avait respecter le principe de l'équilibre budgétaire, on se serait évité beaucoup d'ennuis. Et par pitié ne me parlez pas de retour au moyen-âge ou au XIX siècle alors qu'il ne s'agit que d'ajustement de l'ordre de quelques %. faire baisser la dépense publique de 1% par an ou même simplement de la stabiliser cela doît être possible. Ayant travaillé dans trois administrations différentes, il me semble que des économies très importantes soient possibles sans remettre en question notre système de protection sociale!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: endettement de la france   Ven 28 Juil - 15:37

Roudoudou a écrit:
Juste une réponse à Alejandro sur la Banque Mondiale. Il ne faut pas juger les gens sur ce qu'ils disent mais sur ce qu'ils font.

Je parle à partir de ce qu’ils font, je te renvoie à la citation de Stiglitz un peu plus haut.

Roudoudou a écrit:

Si un communiste français prète de l'argent à un ami et que le jour du remboursement, son ami achète une voiture et lui dit qu'il ne peut pas le rembourser, le communiste prèteur va lui dire de réduire son niveau de vie et de dégager une épargne pour le rembourser. Ce communiste serait-il devenu un ultra-libéral?

L’image ne me paraît pas très pertinente. Elle le serait si ton communiste poussait son débiteur vers la misère pour se faire rembourser.

Roudoudou a écrit:
Je répète avec force, des fonctionnaires internationaux qui prètent de l'argent public à des états, c'est le contraire du libéralisme!

Tu t’en tiens à la surface des choses. Etats comme entreprises sont bien obligés, à un moment ou à un autre, d’emprunter. Accepter de prêter de l’argent à un Etat sous condition qu’il prenne des mesures ultralibérales est bien une politique ultralibérale.

Roudoudou a écrit:
Si une banque privée prète de l'argent privé à des entreprises privées, en suivant ta logique, c'est donc le communisme?

Tu n’as pas dû bien saisir ma logique.


Roudoudou a écrit:

Quant à tes remarques sur l'étalon or, cela ne change rien à ce que je dis, je parlais bien sûr de la suppression de 1914. Il est vrai que les tentatives maladroites de le restaurer dans les années 20 a joué un grand rôle dans le déclenchement de la crise.

Et pourquoi on a supprimé la convertibilité en or en 1914, gros malin ? Parce que le monde était en guerre et qu’il n’y avait pas moyen de faire autrement.

Si on regarde l’histoire de la monnaie, on voit qu’il a été considéré comme prudent de baser la valeur d’une monnaie sur l’or et/ou sur l’argent. Mais que la pression de la réalité, par exemple lors de la première déflagration mondiale, où les besoins financiers étaient énormes, il a fallu y renoncer. L’avantage de l’étalon or est que la monnaie donne l’impression d’être solide et donc, inspire confiance, ce qui est indispensable pour qu’une économie roule. Mais elle présente également l’inconvénient de faire dépendre l’activité économique de l’extraction de l’or, qui est parfois insuffisant.

Quant à la crise de 29, c’est la première fois que j’entends dire qu’elle est due à un problème de parité avec l’or. Dans tous les livres d’histoire et d’économie que j’ai pu lire, il est explicitement écrit que c’était dû à une bulle spéculative qui a éclaté.


Roudoudou a écrit:

Cela ne fait pas de moi un ultra-libéral (sauriez-vous d'ailleurs définir un libéral non ultra, […]).

Très franchement, je ne sais pas très bien ce que tu es ; j’observe seulement que tu as un regard quelque peu déformé sur les choses. Qualifier les organismes financiers publics internationaux de socialistes, ou considérer que la France des trente glorieuses, avec son économie planifiée, de plus libérale que la France d’aujourd’hui, avec tout le désengagement de l’Etat que l’on connaît, est pour le moins extravagant.

Je comprends par libéralisme les pensées économiques classiques, telles que celle de Adam Smith ou David Ricardo, qui s’opposaient aux pensées mercantilistes et protectionnistes de leur époque. Les uns défendaient les intérêts de ceux qui avaient à gagner dans le libre-échange, les autres ceux qui avaient intérêt à la fermeture des frontières.

Par ultralibéralisme je comprends la pensée économique née après guerre qui s’impose aujourd’hui et qui n’a qu’un vague rapport avec les libéraux d’antan. Néanmoins, par commodité, il est devenu d’usage de dire de ces derniers qu’ils étaient libéraux.

Roudoudou a écrit:

Ceci dit, rigidité du marché du travail et déficit public expliquent à mon sens largement les difficultés économiques de la France. Je pense simplement que seules des mesures d'inspiration libérale peuvent faire baisser le chomage. exactement, comme je pense que si on avait respecter le principe de l'équilibre budgétaire, on se serait évité beaucoup d'ennuis. Et par pitié ne me parlez pas de retour au moyen-âge ou au XIX siècle alors qu'il ne s'agit que d'ajustement de l'ordre de quelques %. faire baisser la dépense publique de 1% par an ou même simplement de la stabiliser cela doît être possible. Ayant travaillé dans trois administrations différentes, il me semble que des économies très importantes soient possibles sans remettre en question notre système de protection sociale!


Ta position n’est pas très claire. D’un coté tu dis qu’il suffit de lutter contre les gaspillages des diverses administrations pour résoudre tous nos problèmes. Quelqu’un ici a-t-il défendu les gaspillages des administrations ?

Mais au préalable tu dis que les "rigidités" du "marché du travail" sont la source des problèmes de la France.

La France connaît UN grave problème, qui est celui du chômage.

D’abord, ce que tu appelles les "rigidités" sont des droits conquis par les travailleurs de haute lutte, et sans lesquels on retournerait aux conditions que l’on connaissait au XIXe siècle. Ce sont des droits qui permettent aux travailleurs d’encaisser une part de la création de richesse du pays dont ils sont partie prenante. Je ne sais pas comment on peut moralement justifier de retirer aux travailleurs les bénéfices de la richesse créé grâce à leur travail.

Ensuite, les quelques tentatives de "flexibilisation" du travail ne se sont pas traduits par une diminution du chômage.

Le chômage est dû à une activité économique insuffisante, laquelle est fort possiblement due à une pénurie de masse monétaire en circulation dans l'économie. Je me demande si tu ne veux pas mettre la charrue devant les bœufs. Plus d’activité économique se traduirait par plus de travail et donc, moins de chômage. Mois de chômage se traduit par moins de dépenses sociales, plus de cotisations sociales payées, plus d’impôts payés et plus de consommation ; tout cela diminuerait le trou de la sécu et des déficits des caisses d’assurance chômage, de la dette et des déficits budgétaires. C’est ce qui s’est passé sous le gouvernement Jospin, qui, en finançant (très modérément) l’activité économique, a permis de booster la croissance et qui a récolté la fameuse cagnotte que la droite a eu le toupet de lui reprocher.

Je veux bien que tu m’expliques en quoi le fait de tailler dans les dépenses publiques permettrait d’augmenter l’activité économique et diminuer le chômage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:26

Roudoudou a écrit:
Si un communiste français prète de l'argent à un ami et que le jour du remboursement, son ami achète une voiture et lui dit qu'il ne peut pas le rembourser, le communiste prèteur va lui dire de réduire son niveau de vie et de dégager une épargne pour le rembourser.
Non. Si c'est un communiste qui se respecte, il va demander de profiter de la voiture lui aussi.
Citation :
Je répète avec force, des fonctionnaires internationaux qui prètent de l'argent public à des états, c'est le contraire du libéralisme!
Non, au contraire, c'en est la définition même... si l'argent prêté génère des bénéfices par l'intérêt.
Citation :
Si une banque privée prète de l'argent privé à des entreprises privées, en suivant ta logique, c'est donc le communisme?
Tu déformes les propos d'Alex de façon évidemment malhonnête, je croyais que tu n'aimais pas ce genre de réthorique...
Citation :
Quant à tes remarques sur l'étalon or, cela ne change rien à ce que je dis, je parlais bien sûr de la suppression de 1914. Il est vrai que les tentatives maladroites de le restaurer dans les années 20 a joué un grand rôle dans le déclenchement de la crise.
Le rétablissement de l'étalon or est l'une des principales solutions à tous les problèmes économiques actuels. Il est certain que ça ne peut se faire sans heurts et qu'au début, ça serait le foutoir, mais à plus ou moins long terme, cela remettrait de l'odre dans un beau bordel.
Citation :
Ceci dit, rigidité du marché du travail et déficit public expliquent à mon sens largement les difficultés économiques de la France.
Et l'inadéquation de l'offre et de la demande ? Et la tertiairisation de la France au détriment de l'industrie ? Et le manque d'investissement dans la recherche ? Tu en fais quoi de tout ça ? De toutes façons ce que j'en pense, c'est que ni le libéralisme, ni le socialisme ne sont capables de nous faire sortir de la crise.
Citation :
Je pense simplement que seules des mesures d'inspiration libérale peuvent faire baisser le chomage.
mdr mdr mdr
Citation :
exactement, comme je pense que si on avait respecter le principe de l'équilibre budgétaire, on se serait évité beaucoup d'ennuis.
ça, c'est vrai. D'ailleurs le principe de l'équilibre budgétaire et un PRINCIPE, donc un truc à ne JAMAIS abandonner, à ne JAMAIS délaisser ou considérer à la légère. Des types qui ne respectent pas ce principe ne peuvent être que des incompétents.
Citation :
Et par pitié ne me parlez pas de retour au moyen-âge ou au XIX siècle alors qu'il ne s'agit que d'ajustement de l'ordre de quelques %.
Désolé, mais il ne s'agit pas que d' "ajustements de quelques %". Le réchauffement climatique, vous en avez entendu parler ? L'épuisement des réserves de pétrole ? Le manque de surface cultivable pour l'énergie "propre" et l'alimentation en même temps ? Les revendications ouvrières ? Les dangers du nucléaire ? L'augmentation croissante et indéfinie des "besoins" économiques qui ne peut aboutir qu'à un sentiment de frustration proportionnel à cette croissance ainsi qu'à la dilapidation des ressources de cette planète ? (On ne peut consommer davantage que ce que la Terre peut fournir) L'augmentation croissante de la durée des études supérieures due à l'accumulation de détails en quoi consiste la recherche moderne ? Comment va t-on s'y prendre pour "gérer" tout ça ?
Citation :
faire baisser la dépense publique de 1% par an ou même simplement de la stabiliser cela doît être possible.
Oui, évidemment que c'est possible. C'est souhaitable, mais sera-ce suffisant ?
Citation :
Ayant travaillé dans trois administrations différentes, il me semble que des économies très importantes soient possibles sans remettre en question notre système de protection sociale!
Ben, pou ça, il faudrait commencer à se pencher sérieusement sur le problème du chômage. Mais il n'y a pas que cela qui pose problème, même si c'est très important ; et d'ailleurs des économistes ont démontré qu'on pouvait avoir un taux de croissance excellent sans créer suffisemment d'emploi. On parlait beaucoup de la machinisation et de ses ravages à une époque, et il semble aujourd'hui que ce sujet n'est plus à la mode, or il me semble qu'il est toujours d'actualité.

Mon programme, très politiquement incorrect, mais incontournable, le voici :

- Retour à l'étalon or.
- Abandon total des prêts à intérêts.
- Abandon total de la spéculation boursière.
- Abandon total de l'industrie.
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:33

Citation :
L’avantage de l’étalon or est que la monnaie donne l’impression d’être solide et donc, inspire confiance, ce qui est indispensable pour qu’une économie roule. Mais elle présente également l’inconvénient de faire dépendre l’activité économique de l’extraction de l’or, qui est parfois insuffisant.
L'or serait parfaitement suffisant si nous avions un système économique normal, basé sur le besoin, et non sur le désir. Les hommes ont utilisé l'or comme étalon durant 26 siècles ! C'est la situation actuelle qui est chaotique, parce que désordonnée par l' "homo modernus", pas l'or et l'argent qui sont insuffisants.
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:36

Bah c'est bizarre parce que je croyais que les problèmes économiques de l'occident d'avant la découverte de l'amérique vennaient du manque d'or et d'argent en circulation. Problème que les orientaux n'avaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:37

Citation :
D’abord, ce que tu appelles les "rigidités" sont des droits conquis par les travailleurs de haute lutte, et sans lesquels on retournerait aux conditions que l’on connaissait au XIXe siècle. Ce sont des droits qui permettent aux travailleurs d’encaisser une part de la création de richesse du pays dont ils sont partie prenante. Je ne sais pas comment on peut moralement justifier de retirer aux travailleurs les bénéfices de la richesse créé grâce à leur travail.

Et voilà ! On reparle de morale ! C'est un jugement de valeur. Ce qu'il faut considérer, c'est si ça fonctionne ou pas. Je ne suis pas contre de retirer aux travailleurs les bénéfices de la richesse produite, mais je dis qu'il faut cesser de "produire des richesses" indéfiniment, il serait temps qu'on recommence à se contenter de ce que l'on a ; d'autant plus qu'il y a d'autres formes de richesse que la richesse matérielle, et dont les travailleurs profiteraient beaucoup plus.
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:41

alejandro a écrit:
Bah c'est bizarre parce que je croyais que les problèmes économiques de l'occident d'avant la découverte de l'amérique vennaient du manque d'or et d'argent en circulation. Problème que les orientaux n'avaient pas.
Eh ben fallait faire comme les chinois : ils ont inventé les billets, bien avant que les occidentaux ne découvrent l'Amérique, et ils donnaient une valeur à ces billets par rapport à celle de l'or (1 billet = telle quantité d'or). Tout comme telle quantité d'argent équivalait à telle quantité d'or, il fallait donc trouver un matériau qui satisfasse aux critères naturels de monnayabilité (durabilité, rareté relative, etc.)

EDIT Marcel : Pardon, je crois que ce n'était pas par rapport à l'or que les chinois établissaient la valeur de leurs billets, car leur monnaie n'était pas en or. Cependant, leur système monétaire garantissait la stabilité des échanges. Anyway, l'invention de la monnaie papier résout ce problème.


Dernière édition par le Jeu 24 Aoû - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:46

down


Dernière édition par le Jeu 24 Aoû - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:50

Citation :
Ensuite, les quelques tentatives de "flexibilisation" du travail ne se sont pas traduits par une diminution du chômage.
C'est vrai ça. Jusqu'à quand va t-on prôner cette immonde connerie qu'est la "flexibilité" (en contradiction profonde avec la nature humaine) ?
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:52

Citation :
Le chômage est dû à une activité économique insuffisante
Voilà pourquoi on ne s'en sortira pas... Lactivité économique est au contraire beaucoup trop importante ! La complémentarité : voilà une des solutions, et surtout l'adéquation entre l'offre et la demande de travail (compétences).
Revenir en haut Aller en bas
Marcel
Invité



MessageSujet: Re: endettement de la france   Jeu 24 Aoû - 14:57

Citation :
Je veux bien que tu m’expliques en quoi le fait de tailler dans les dépenses publiques permettrait d’augmenter l’activité économique et diminuer le chômage.

"Tailler" dans les dépenses publiques est extrêmement important s'il s'agit de rester fidèle au principe de l'équilibre budgétaire, on ne peut pas dépenser davantage que ce que l'on gagne. En revanche, augmenter l'activité résout certains problèmes à courte échéance, mais en génère de beaucoup plus graves sur le long terme (pour des raisons écologiques et humaines, non pour des raisons strictement économiques). De plus, prôner le développement d'une activité artificielle est bien significatif du désordre moderne. Il devrait y avoir plein emploi sans qu'on ait à intervenir pour obtenir ce résultat. Adéquation de l'offre et de la demande de travail, stabilité des échanges, contentement du nécessaire, voilà qui devrait suffire en ce qui concerne le problème du chômage.

J'ajoute que la compétition n'existe que là où on a perdu de vue les principes qui fondent la complémentarité des individus. Les individus ne sont pas égaux, mais ils sont complémentaires, ils ne sont pas interchangeables, mais ils ont chacun une compétence particulière que ne possèdent pas d'autres et qui leur permet d'être indispensables. En sanscrit, cette compétence particulière, c'est la jâti. C'est par l'oubli de ces principes, et aussi par le développement de l'industrie et des tâches répétitives et mécaniques (qui ne réclament aucune compétence particulière) que s'est propoagé le désordre et que la qualité à cedé le pas à la quanitité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: endettement de la france   

Revenir en haut Aller en bas
 
endettement de la france
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: bonjour le monde :: Monde réel-
Sauter vers: