Vocabulis


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Saut de Sandra, d'Alejandro

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Avez-vous lu le Saut de Sandra ?
Oui
38%
 38% [ 6 ]
Non
56%
 56% [ 9 ]
Ne sais pas
6%
 6% [ 1 ]
Total des votes : 16
 

AuteurMessage
Dona
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Dim 20 Fév - 18:44

@ Hématite


- Je ne peux pas lire ton post wink Mais promis, je le ferai dès que j'aurai fini: probablement pour jeudi.
Revenir en haut Aller en bas
Hématite
Incontinent verbal
avatar

Nombre de messages : 330
Date d'inscription : 19/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Dim 20 Fév - 18:45

Dona a écrit:
@ Hématite


- Je ne peux pas lire ton post wink Mais promis, je le ferai dès que j'aurai fini: probablement pour jeudi.

ok! :lol: pas de problème! wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Dim 20 Fév - 18:48

Hématite a écrit:
Quant à Sandra, malgré son tempérament très volage, je ne l'ai pas du tout trouvée froide. Je pense surtout par exemple à la façon dont elle parle de ses entraîneurs, de Per, son premier copain, de sa soeur... je crois qu'elle est très dispersée dans ses sentiments mais pas du tout dépourvue de sensibilité. Elle s'attache facilement et à beaucoup de monde; est-elle pour autant plus insensible qu'un personnage fidèle et ne donnant son affection qu'à quelques privilégiés?

C'est aussi que le roman est un roman sportif, qui focalise sur le saut et la compétition, et ne s'attarde pas sur les moments creux de la vie de Sandra. Elle est pourtant passionnée, mais surtout par la perfection qu'elle cultive et s'impose. Et l'auteur ne confond pas le sexe et le sentiment ; et le sentiment n'est pas un thème du roman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
Dona
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mar 29 Mar - 15:51

J'ai eu beaucoup de mal à lire ce roman jusqu'au bout. Non pas à cause du livre mais du personnage.
Mais Alex, le maître d'oeuvre, est une connaissance de forum. Non pas que je trouve, en vertu de ce statut, qu'il soit difficile de faire un compte-rendu de lecture de son livre mais c'est à cause de ce fait, que je suis allée jusqu'au bout de son roman. Sinon je l'aurais lâché très tôt, je ne supporte pas le personnage de Sandra.

Je n'ai pas encore lu les critiques des autres et je ne me souviens plus de celle de Fulmi sur les forums du Monde. Donc voilà ce que j'en ai pensé -en tout objectivité serait mentir puisqu'on lit en vertu de sa subjectivité. Enfin moi, toujours.
Donc, j'ai sûrement projeté sur ce personnage des tas de choses que je n'apprécie pas. Mais j'ai été plus conciliante sur la fin et j'ai pu lui pardonner certaines choses.

Pour commencer, et me répéter, j'ai horreur et de la neige et du ski et c'est la seule discipline olympique que je ne regarde jamais. Forcément, il s'agit d'un roman sportif sur la discipline du saut à ski...Je dois dire que j'ai fini par sauter quelques passages, trop techniques (mais légitimes en vertu du thème) qui m'ont gavée, notamment les périodes d'entraînement, les années d'apprentissage auprès de deux entraîneurs...

J'ai mis du temps à comprendre le premier chapitre: le rendez-vous d'affaires avec une entreprise norvégienne et notamment qui était qui, qui faisait quoi, que vendait-on...peut-être à cause de noms impossibles aussi. Ca m'a freinée tout aussitôt dans mon élan de lecture. L'entrée en "scène" des call-girls pour faire aboutir l'affaire est très vite appréciable dans ce chapitre. D'une part, parce qu'il semble tout à fait légitime et vraisemblable d'en utiliser pour faire aboutir de tels contrats; d'autre part, parce que les contacts entrepris pour les joindre et les recruter, les rencontrer et les informer et puis leur description est un fait intéressant en plus d'être grivois, sensuel, parfois érotique.

Par ailleurs, tout le mystère Sandra débute là: on ne sait pas quel âge elle a vraiment quoiqu'on affirme qu'elle soit mineure, il ne s'agit pas d'une prostituée professionnelle et au physique, elle n'a rien d'une superbe call-girl. Tout au contraire, elle est petite, menue, plate de devant et de derrière, cheveux courts et l'air intello. Seulement elle est très jeune et fort experte à ce qu'en dit sa réputation.

Principalement ce qui me gêne au travers de cette fille, n'est pas bien entendu son parcours de sportive ni son rang de championne du monde (que j'envie forcément...) - parce que ce sont pas les passages qui m'ont le plus passionnée mais plutôt la liberté personnelle qu'elle cultive notamment par le corps et le plaisir sexuel. Plus encore, c'est la fascination qu'elle semble exercer sur tous ceux qui la côtoient ou la connaissent ou la rencontrent un jour ou l'autre.
Sa grâce intellectuelle (vivacité d'esprit, capacités d'analyse poussée) et la souplesse musculeuse de son physique sportif génèrent une fascination apparemment troublante pour tous ses compagnons de parcours. Plus encore, c'est peut-être l'extrême contradiction existant entre son activité vénale et son éducation plutôt de milieu aisé, son endurance et ses exploîts sportifs rarissimes (puisque c'est la seule femme championne de saut), sa culture littéraire et cette aisance relationnelle qu'elle éprouve avec tout le monde qui contrastent fortement avec son activité de putain de luxe. Puis c'est une marrante, un bout-en-train complètement bien dans sa peau.

J'ai fait peu cas des années d'entraînement (je me répète) et ai peu de choses à commenter sur les deux entraîneurs qui se sont succédé, ces passages m'ont très peu intéressée.

Pour reprendre Hématite:
Hématite a écrit:
Quant à Sandra, malgré son tempérament très volage, je ne l'ai pas du tout trouvée froide. Je pense surtout par exemple à la façon dont elle parle de ses entraîneurs, de Per, son premier copain, de sa soeur... je crois qu'elle est très dispersée dans ses sentiments mais pas du tout dépourvue de sensibilité. Elle s'attache facilement et à beaucoup de monde; est-elle pour autant plus insensible qu'un personnage fidèle et ne donnant son affection qu'à quelques privilégiés?
En fait, je l'ai surtout trouvée immature, affectivement. S'attachant très vite mais sans réel souci ou dimension de l'autre. Non pas que j'en veuille à sa trop grande liberté de faire le tapin pour financer son voyage à Japon (elle aurait pu procéder autrement ceci dit) mais au fait qu'elle prenne plaisir à l'amour et exige en plus de se faire payer. Ce qui donne d'elle l'image d'une femme-enfant, vouée aux plaisirs et amusements. Ce trait de caractère d'ailleurs me semble traduire un état d'esprit assez égocentriste.

Contrairement à Hématite
Hématite a écrit:
On entre ensuite dans la partie centrale (ma préférée): celle où Sandra, principale narratrice, raconte son enfance et sa carrière dans une longue interview.
il s'agit de la partie que j'aime le moins. L'interview (procédé également utilisé dans la nouvelle Mélanie -dispo ici-) renforce l'effet au réel puisque la voix narrative est celle du personnage. Mais j'ai fini par trouver cet interview très, trop longue et copieuse voire artificielle: je doute qu'on puisse tenir un discours aussi organisé si longtemps.Evidemment il est remanié ou adapté par l'intervieweur/écrivain mais du coup, c'est un artifice narratif que je n'ai pas apprécié. J'ai sauté quelques passages ici aussi. Qu'apprend-on de plus sur Sandra? Excepté ce caractère éminemment volage, altier certes mais léger, presqu'insouciant, trop jeune, pas assez mûr et manipulateur.

L'expérience des dés tauromachiques en est la preuve évidente.Pour ceux qui n'auraient pas lu le roman, Sanra fabrique elle-même une sorte d'alphabet runique appelés les dés tauromachiques. Se piquant au jeu divinatoire d'interpréter le lancer de dés de ses camarades de lycée (et à la base il s'agit d'une bête vengeance de lycéennes), elle est assez intelligente pour prédire sans prédire, interpréter ce qu'elle est censée voir sans le voir, manipuler et les unes et les autres en ayant suffisamment d'audace pour enrober le tout d'assez d'ésotérisme et de charlatanisme pour faire gober l'oeuf aux crédules adolescentes. Comme ce chapitre se situe en avant-dernière partie, il est sensiblement, pour moi, la cristallisation de ce qu'est ce personnage: une jeune fille opportuniste, amorale presque, qui sous prétexte d'une grande liberté d'esprit n'est qu'une gamine, à peine rompue aux relations sentimentales et n'éprouvant que peu d'affection réelle et pas de compassion au sujet des gens qui l'entourent.

Je n'aime pas cette fille. C'est comme si, en championne qui se respecte, elle possédait un mental trop fort que peu d'émotions semblent atteindre ou faire chavirer. Elle s'émeut peu et je la trouve peu émouvante. Du reste, la variété des voix narratives traduisent toutes l'effet de fascination qu'elle exerce sur tout le monde. Il semble qu'il n'y ait aucune brèche en elle, aucune plaie, aucune crainte et qu'elle est toute jeunesse, tout espoir, toute réussite. Est-ce ce qui la rend aussi intéressante, envoûtante, attractive, magnétique même?

Sinon, il y a quelques instants de grâce qui m'ont touchée: la rencontre avec sa petite soeur, pas revue depuis des années; c'est un moment puissant car contenu, peu de choses sont dites mais le lien est très fort et vite retrouvé; autre: cette incroyable et certainement magnifique photo où Sandra se lance dans le vide en mini-jupe noire et sans culotte, oui mais, c'est une description d'oiseau; autre: la rencontre avec la jeune geïsha et la relation qui s'établit entre elles deux, mêlant l'extrême-orient et la sensualité saphique; en dernier lieu, l'épisode où Sandra est amoureuse de Per, un artiste paumé et pur, seul moment où je l'ai trouvée sincère et impliquée dans une relation.

La seule chose que je lui ai pardonné c'est grâce à cet éclairage particulier qu'elle donne à ses actes amoureux: "Ce que je fais avec un homme est quelque chose qui doit rester entre moi et cet homme, ça se vit dans l'intimité (...)J'ai toujours été stupéfaite d'entendre les gens raconter leur vie sexuelle à qui veut l'entendre, moi, j'en suis incapable"
Et puis le fait qu'elle rate son mariage et finit paumée.
Plus qu'une championne trop vieille qui a raccroché son titre, c'est une femme déchue que je vois à la fin et qu'on a envie d'aimer. Peut-être a-t-elle enfin mûri.


Sinon, j'ai apprécié l'écriture très méthodique: un thème par chapitre avec une très agréable variation des faits ou techniques présentés, la muliplicité des narrateurs, les descriptions réalistes et sans embages ou emberlificotures stylistiques. Certains passages se lisent comme un documentaire, un reportage, une longue restitution d'un parcours biographique.
Rarement je crois un personnage féminin m'a autant agacée en littérature et pour clore tout autant que me répéter: mieux vaut un personnage irritant qu'on n'oubliera pas de si peu qu'un héros fadasse dont on oublie les péripéties dès le livre fermé.

-------------------------------------------------------------------------------------


ps: j'avais oublié...précision importante...c'est que l'auteur admire Sandra. Cela se sent au fait que pas un seul passage ne semble la négativiser une seule fois (excepté les parents mais ils sont condamnables, en quelque sorte, de n'avoir su éviter à leur fille de faire la putain). Alejandro Gabriel y Galan semble séduit lui-même par ce personnage féminin. Si bien que, tout le monde aimant cette chipie championne, pythie de lycée et call-girl experte, intelligente, jeune et jolie, eh bien il a fallu que moi, lectrice, ne l'aime pas du tout.


Dernière édition par le Mar 29 Mar - 17:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mar 29 Mar - 16:46

Bon. Maintenant j'aurai quelques questions à poser à l'auteur:


- Pourquoi le choix d'un roman sportif? Et de cette discipline? Alejandro a-t-il pratiqué cette discipline sportive? Sinon, comment a-t-il procédé pour bâtir et l'intrigue et le personnage et les technicités spécifiques à ce genre?

- Qui est Sandra par rapport à Alejandro? Comment l'auteur juge-t-il son personnage?


- Sandra, qui est-ce? A-t-elle existé ou presque existé?


- Quels choix narratifs fait-on pour clore un roman? Quels passages on choisit de garder? Quels sont ceux qu'on décide d'ôter? Sur quels critères?


- Comment ou sous quelle progression a été bâti ce roman? Existait-il un scénario basique au départ (vu le métier d'origine de l'auteur) ou bien était-ce plutôt un récit linéaire qui s'est imposé comme ceci?


- Quels sont les passages qui ont posé le plus de soucis d'élaboration? Pourquoi?


- Quels sont les passages que préfère l'auteur? Pourquoi? Et ceux dont il se vante le moins? Pourquoi?


suite éventuelle de questions dans quelques pensées saugrenues ou spontanées...
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mar 29 Mar - 17:17

Et:





Comment Alejandro a-t-il imaginé, choisi, dessiné, élaboré, pixellisé, donné à faire...ce portrait de première de couverture? Qui a servi de modèle? Pourquoi une brune? Pourquoi aux cheveux courts? Pourquoi des lunettes?
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 30 Mar - 2:00

Je vais répondre le mieux que je peux, j’espère ne pas paraître prétentieux.

Bon, alors, tout d’abord, on ne planifie pas, ou, en tout cas, je n’ai pas planifié l’écriture du roman comme un projet. Il n’y a pas eu un moment où je me suis demandé « roman sportif ou non ? de la boxe, du foot ou du saut à skis ? » des idées qui peuvent donner lieu à des histoires, il y en a tout le temps, certaines disparaissent aussitôt, d’autres restent, comme les rêves, elles se développent et il arrive un moment où il faut les écrire.

Il y a une matière au départ, il s’est agit de la tailler pour en faire quelque chose que je ne savais pas trop ce que ça allait être au départ.

Beaucoup des réponses aux questions de Dona sont des réponses que j’ai trouvées à posteriori,

Dona a écrit:
- Pourquoi le choix d'un roman sportif? Et de cette discipline? Alejandro a-t-il pratiqué cette discipline sportive? Sinon, comment a-t-il procédé pour bâtir et l'intrigue et le personnage et les technicités spécifiques à ce genre?

Je me suis initié au saut à skis, effectivement, quand je vivais en Norvège, mais aussi je l’ai suivi pendant plusieurs années. Le Saut de Sandra doit beaucoup plus aux commentateurs d’Eurosport France, particulièrement remarquables – Patrice Dumont et son consultant Nicolas Jean-Prost, premier Français à avoir franchi la barre des 200 mètres ; pour ne pas les nommer –, qu’à ma propre expérience.

Par rapport au personnage de Sandra, le saut à skis présentait l’intérêt d’être un sport où il n’y a pas de circuit féminin et où, en même temps, parce que c’est pour une grande part un sport d’habilité, où je pouvais imaginer qu’il était possible pour une femme de surmonter son déficit de puissance physique. Ca aurait pu être de la Formule 1, mais je connais à peine la Formule 1 et je crois que pour ce qui était la relation du personnage avec son corps il y avait plus à explorer dans le saut à skis.

Dona a écrit:
- Qui est Sandra par rapport à Alejandro?

C’est une question assez indiscrète.

Dona a écrit:
Comment l'auteur juge-t-il son personnage?

Comme l’ont relevé Croustine et Hématite, Sandra est un personnage de l’ordre de l’héroïque. Je la voulais éblouissante.

Dona a écrit:
- Sandra, qui est-ce? A-t-elle existé ou presque existé?

Non. Certains personnages empruntent plus ou moins quelque chose à des personnages réels, c’est tout particulièrement le cas d’Odile, la narratrice de la première partie, que je connais personnellement ; et Marianne, la collègue d’un week-end de Sandra. Odile en vrai n’a pas connu ce que je décris, mais je pense qu’elle aurait réagit de cette façon si elle y avait été confrontée. Marianne en vrai emprunte sa description physique et son propos à une call-girl trouvée dans une enquête sur la prostitution, Les nouveaux visages de la prostitution de Jean-Baptiste Drouet (la personne réelle s’appelle Lorriane, en supposant que ce ne soit pas déjà un pseudo). Beaucoup de ce que j’ai imaginé pour la première partie du Saut vient des deux ou trois pages que Les nouveaux visages consacrent à cette Lorriane.

Mais Sandra je l’ai construite de toutes pièces. Ou, pour être plus précis, je l’ai rêvée de toutes pièces.

Dona a écrit:
- Quels choix narratifs fait-on pour clore un roman?

Je voyais la chose ainsi : soit je ferme le roman, c’est-à-dire, je tue le personnage, ou, ce qui narrativement parlant revient au même, elle trouve l’homme de sa vie, se marie et vit heureuse les reste de ses jours. C’est-à-dire, l’histoire se termine.

Ou alors, je laisse la fin ouverte, qui est ce qui correspondait à ce dont j’avais envie. Sandra a quatre-cinq ans environ, elle a encore « tout son avenir devant » elle, comme dit un des personnages, ce n’est pas fini, les aventures. Je voulais que le personnage reste dans l’esprit du lecteur. Je vais paraître plus prétentieux encore, je voulais que le lecteur, arrivé à la dernière page, recommence à lire la première et « voie » Sandra, dans la première partie, à la lumière de ce qu’il saurait désormais.

Dona a écrit:
Quels passages on choisit de garder? Quels sont ceux qu'on décide d'ôter? Sur quels critères?

Le roman est, comme l’a vu Fulmi, un portrait de Sandra. J’ai enlevé tout ce qui n’était pas, à mon sens, indispensable, absolument nécessaire, crucial pour comprendre le personnage ou guider le lecteur vers cette compréhension, tout ce qui n’était pas impensable de ne pas garder, tout ce sans quoi, Sandra n’aurait plus été Sandra. Sans ça, le roman n’aurait pas fait 450 pages, mais 1.500.

Dona a écrit:
- Comment ou sous quelle progression a été bâti ce roman? Existait-il un scénario basique au départ (vu le métier d'origine de l'auteur) ou bien était-ce plutôt un récit linéaire qui s'est imposé comme ceci?

Au début était le personnage de Sandra, puis il y a eu une histoire qui est venue se greffer pour raconter ce personnage, c’était la seule interview (chapitre Jeudi compris). Ce que j’appelle les chapitres intermédiaires sont arrivés au fur et à mesure de la rédaction, à l’exception du chapitre consacré au tirage tauromachique. Puis sont arrivés la première et dernières parties en même temps et dont, dans un premier temps, je n’ai pas trop su quoi en faire. La première a d’abord été destinée à être un chapitre intermédiaire, la dernière à être une éventuelle suite au Saut.

Mais l’Allemand comme chapitre intermédiaire ça n’allait pas, il aurait fallu choisir entre celui-ci et Le Train. D’autre part, le besoin s’est fait sentir de créer une entrée en scène digne du personnage que je créais. Mais je ne pouvais pas faire ça en début de ce qui est devenu la deuxième partie puisque du moment où l’on parlait de saut à skis il fallait mettre les cartes sur la table. De tous les chapitres intermédiaires, l’Allemand était de loin celui qui présentait le plus de matière à exploiter ; c’est comme ça que je l’ai sorti de là pour le placer au début et en faire une première partie.

Par ailleurs, le roman ne pouvait pas se terminer par la fin de l’interview. J’avais un chapitre d’écrit pour clore le récit mais comme il fermait la narration il m’interdisait d’envisager une suite or, la naissance de la fille de Sandra m’apparaissait de plus en plus indispensable. J’ai donc viré ce chapitre et mis Léa en troisième partie.

Alors, il semble qu’il y ait un avis assez unanime pour dire qu’il y a un problème avec cette dernière partie. Je ne me ressouds pas à l’idée qu’il serait trop long, qu’on n’apprend plus rien de nouveau sur Sandra ou qu’il aurait dû être écrit autrement, par exemple autrement qu’à la troisième personne. Pour moi, il était indispensable d’avoir une vue intérieure sur le personnage, et cette vue ne pouvait pas être autrement. L’erreur a peut-être été de ne pas avoir assez préparé l’arrivée de Léa. Le pensais que le dernier des chapitres intermédiaire le préparait suffisamment mais manifestement ce n’est pas le cas ; je pense que l’erreur est quelque chose de cet ordre.

Le tirage tauromachique est le dernier qui est venu intégrer l'ensemble.

Dona a écrit:
- Quels sont les passages qui ont posé le plus de soucis d'élaboration? Pourquoi?

Ce n’est pas des passages en particulier qui m’ont posé de problèmes, c’est l’agencement de toutes les passages, l'interview en un seul morceau ou non, où couper, en combien de parties, que mettre avant, que mettre après. Tous les passages se sont promenés d’un bout à l’autre du récit, et, à chaque fois que je bougeais quelque chose, ça se répercutait sur le reste.

Dona a écrit:
- Quels sont les passages que préfère l'auteur? Pourquoi? Et ceux dont il se vante le moins? Pourquoi?

Ce que je préfère est la troisième partie, Léa, et en particulier les passages en relation avec son aïeule. Exemple : « Face à un homme, une femme est faible, elle est plus petite, moins forte, moins rapide. Mais si la femme est l’égale de l’homme Dieu a voulu que la faiblesse d’un homme se trouve à un seul endroit ». Sinon … je pourrais en citer beaucoup, je dirais peut-être le passage avec le loup, le voyage au Japon, exemple : « A présent, j’étais toujours dure, sans pour autant être puissante » ; le passage avec son petit ami Per, exemple : « Des témoignages d’un immense talent plus que l’expression de ce talent ». Pourquoi ? Parce que.

J’aime moins la fin de la deuxième partie, je crois que j’aurais dû mieux exploiter la question « Avant de terminer, j’aurais aimé qu’on parle un peu de votre corps » et parce qu’il assure mal le passage vers la troisième partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 30 Mar - 2:07

Dona a écrit:
Et:





Comment Alejandro a-t-il imaginé, choisi, dessiné, élaboré, pixellisé, donné à faire...ce portrait de première de couverture? Qui a servi de modèle? Pourquoi une brune? Pourquoi aux cheveux courts? Pourquoi des lunettes?

Ce n’est pas moi qui ai fait la couverture, c’est l’éditeur. J’avais d’abord proposé la madonne de Munch, mais ça posait des problèmes de droits. J’ai alors montré un passage au graphiste où il est question du petit ami de Sandra qui lui fait un portrait, et je lui avais demandé d'imaginer ce portrait, à la façon de munch. Le résultat ne ressemble ni de près ni de loin à un style de Munch, mais comme non seulement elle me plaisait énormément mais qu’il faisait l’unanimité autour de moi, je l’ai accepté.

Il s’agit d’une photo issue d’une banque d’images, que le graphiste de l’éditeur à retouché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
Dona
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 30 Mar - 8:38

Merci bien Alex, pour le soin que tu as apporté à répondre à les questions.


Peut-être y reviendrai-je, parce que ce n'est pas tant l'édifice qui compte que toute son élaboration en amont, l'acte de création quoi.

J'avais oublié cette question-ci: les dés tauromachiques. Connaissant tes positions face à l'astrologie et pratiques divinatoires, on voit bien que Sandra les partage aussi et qu'en fine psychologue, elle parvient à manipuler totalement ses consultantes et mystifier cette pratique.

D'où as-tu tiré les informations de cette partie? Comment t'est venue l'idée de ces dés?
Revenir en haut Aller en bas
sapotille
Incontinent verbal
avatar

Nombre de messages : 486
Localisation : pour venir me rendre visite? mp
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mar 10 Mai - 15:54

Le problème avec ces auteurs et lecteurs intelligents-littéraires-cultivés, c'est que votre propre jugement vous semble toujours simpliste, niaiseux voire inepte, même si les sus-nommés vous demandent votre avis. confused

J'ai donc resisté à ma curiosité en partie grâce à ma faignantise et n 'ai rien lu au préalable de ce fil pour pouvoir y répondre. On s'adapte comme on peut.

Envie de lire par curiosité ne veut pas dire lire. Dutout. Les brèves incursions faites sur le site d'Alejandro ne m'avaient pas donné envie de le lire. C'est comme çà. Mais les coups de foudre ne font pas toujours les plus belles histoires, alors je n'ai pas culpabilisé. Et puis une lectrice de plus ou de moins on s'en tape. J'avais apprécié l'inventivité de ses scénarios à forme de nouvelles, sur le forum, cependant, j'avoue. Et je m'en contentais.
Un jour, toujours cependant,

Vous voyez l'auteur par hazard, et vous vous dites: Tiens? L'intelligence même. Forcément vos résistances sont émoussées...
LE Livre est ensuite déposé en vos mains, avec douceur et respect, comme si le recevoir lui accordait queque prix. Ben voui, je suis vaniteuse...Mais pas seulement. J'ai retrouvé en ce geste, cette attitude une trace de mon propre sentiment quand je donne une de mes peintures au regard d'un autre être....
Plus de résistance, pas encore de désir...Mais il faut dire que je sortais d'un jeûne de lecture assez éprouvant, il faut ajouter que la couverture est belle, que le format et le rapport masse/volume de ce livre parle pour lui....
Achevons. Dédicace. Le reste me regarde c'est intime, normalement une dédicace.
J'ai donc lu Le Saut de Sandra.
Il va falloir que je vous en parle.
à bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.wanadoo.fr/lea./
Dona
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 11 Mai - 0:06

sapotille a écrit:


Vous voyez l'auteur par hazard, et vous vous dites: Tiens? L'intelligence même. Forcément vos résistances sont émoussées...

Vi. On se sent obligé comme un honneur de le lire, y'a pas à dire.


sapotille a écrit:
LE Livre est ensuite déposé en vos mains, avec douceur et respect, comme si le recevoir lui accordait queque prix.

Vi. Moi je l'ai eu par la poste mais quand même. D'ailleurs sans même l'avoir lu, je l'ai d'abord brandi sous le nez de mes copines avec l'extrême vanité de pouvoir dire: "t'as vu? ben j'le connais l'mec qu'a écrit ça!"
Revenir en haut Aller en bas
Tator c
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 11 Mai - 1:22

Belle pub ! sapapot donne envie de lire....

C'est plus long que l'horoscope ?

je retiens...
Revenir en haut Aller en bas
sapotille
Incontinent verbal
avatar

Nombre de messages : 486
Localisation : pour venir me rendre visite? mp
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 11 Mai - 11:58

Oui, c'est bien plus long. bien plus fiable, et il tient la distance le bougre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.wanadoo.fr/lea./
Dona
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 11 Mai - 12:27

Oui. Et c'est un personnage tranché et tranchant, à beaucoup de facettes. Cette fille reste un mystère pour moi. Et ça fait trois mois que ça dure...
Revenir en haut Aller en bas
sapotille
Incontinent verbal
avatar

Nombre de messages : 486
Localisation : pour venir me rendre visite? mp
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Mer 11 Mai - 16:13

Copié collé d'un mp envoyé à chaud (çà veut dire y'a déjà un certain temps) à une vocabulienne avertie:

"j'aime beaucoup son positionnment son regard sur les femmes en fait je trouve son analyse psycho juste et courageuse alors que d'habitude les écrivains de maintenant en rajoutent dans le névrosismes patho qu'on doit banaliser au nom du "staïlle" ... Regarder attentivement et lucidement une pseudo patho, comme il le fait, prouve qu'un regard neuf sur les êtres et leur vérité peut être à la fois le ferment d'une histoire à lire et l'ébauche s'un "stiiiiile " ??? non?"

(Mon Dieu ce que je suis miss pétasse parfois peur )

J'avais commencé par:
Tu veux dire qu'il y a des maladresses de frappe ou carrément des phrases maladroites dans le Sde S???

Perso je pense encore maintenant les deux mais au final, il semble que l'unique correcteur naze (en partie parcequ'il est resté unique d'ailleurs) soit à incriminer.

à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://monsite.wanadoo.fr/lea./
coline
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Sam 3 Sep - 19:23

read Et si on oubliait un peu Houellebecq? wink
Revenir en haut Aller en bas
coline
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Sam 3 Sep - 19:25

Dona a écrit:

J'avais oublié cette question-ci: les dés tauromachiques. Connaissant tes positions face à l'astrologie et pratiques divinatoires, on voit bien que Sandra les partage aussi et qu'en fine psychologue, elle parvient à manipuler totalement ses consultantes et mystifier cette pratique.

D'où as-tu tiré les informations de cette partie? Comment t'est venue l'idée de ces dés?

Ben oui, au fait, Alejandro?...
Revenir en haut Aller en bas
coline
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Sam 3 Sep - 19:28

Dona a écrit:
J'avais oublié cette question-ci: les dés tauromachiques. Connaissant tes positions face à l'astrologie et pratiques divinatoires, on voit bien que Sandra les partage aussi et qu'en fine psychologue, elle parvient à manipuler totalement ses consultantes et mystifier cette pratique.

D'où as-tu tiré les informations de cette partie? Comment t'est venue l'idée de ces dés?

Ben oui, au fait, Alejandro?...Tu n'as pas répondu à la Dame...
On veut savoir nous aussi...
Revenir en haut Aller en bas
hermes
Incontinent verbal


Nombre de messages : 360
Date d'inscription : 02/11/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Jeu 27 Oct - 17:39

Je l'ai commencé hier.

Comme promis.

H.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alejandro
Vocabulivore émerite
avatar

Nombre de messages : 2094
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Ven 4 Nov - 0:00

Hermès a donc lu Le Saut de Sandra et en a parlé sur son blog, à cette adresse :

http://hermes.gunnm.org/article.php3?id_article=95
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mapage.noos.fr/lesautdesandra
vilain
Logorrhéique talonnesque
avatar

Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Ven 4 Nov - 0:59

belle critique..je vais le lire bientôt ton bouquin.... D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dovobo
Invité



MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Ven 4 Nov - 12:15

Quant à moi, comme promis, je te fais de la pub chez les libraires, à commencer par celle de la famille - ça se fera ce samedi.
On verra donc si cela est possible de distribuer "Le saut de Sandra", a priori probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Fulmi
Prolixe infatigable
avatar

Nombre de messages : 5214
Age : 63
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Ven 4 Nov - 13:08

Dovobo a écrit:
Quant à moi, comme promis, je te fais de la pub chez les libraires, à commencer par celle de la famille - ça se fera ce samedi.
On verra donc si cela est possible de distribuer "Le saut de Sandra", a priori probablement.

En tous cas, une chose est sûre, c'est un roman qu'un libraire peut proposer sans vergogne à sa clientèle - sauf si elle est catho intégriste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.martini.free.fr/livres/
hermes
Incontinent verbal


Nombre de messages : 360
Date d'inscription : 02/11/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Ven 4 Nov - 14:20

Je n'ai pas pris le temps d'écrire tout ce que j'avais à dire sur ce bouquin. J'en ai touché quelques mots hier soir par chat interposé à Alex.

Petite suggestion. Histoire aussi d'aider les ventes, je propose que Fulmi et moi nous nous fendions d'un commentaire sur fnac.com et amazon.fr histoire de.

Ce livre vaut bien maintes bouses que j'ai eu entre les mains. Même si je trouve que l'ensemble de l'imaginaire qu'il contient gagnerait à être mieux déployé : comme si finalement il ne parvenait pas réellement à prendre son envol.

Mais pour un premier roman... y a pas à dire c'est du bon.

Le prochain, Fulmi. Le mois prochain, quand je serai moins raide niveau fric.

H.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hermes
Incontinent verbal


Nombre de messages : 360
Date d'inscription : 02/11/2004

MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   Ven 4 Nov - 16:01

Ai publié un truc sur mamazon.

En gros ce que j'ai écrit par ailleurs ;)

H.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Saut de Sandra, d'Alejandro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Saut de Sandra, d'Alejandro
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Highway To Hell par Sandra Kim et les Gauff
» Saut de Sillon
» La Distro du Saut
» LP-SANDRA FEVA-SAVOIR FAIRE-81-VENTURE REC
» a la recherche de SANDRA SA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: Littérature :: Livres : Tout et rien-
Sauter vers: