Vocabulis


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Un article débile du Monde

Aller en bas 
AuteurMessage
Fulmi
Prolixe infatigable
Fulmi

Nombre de messages : 5214
Age : 65
Date d'inscription : 16/10/2004

Un article débile du Monde Empty
MessageSujet: Un article débile du Monde   Un article débile du Monde EmptyJeu 1 Déc - 17:50

J'aime cet article particulièrement énarquo-crétinisant du Monde d'aujourd'hui.
Petit jeu : il y a une grosse faute provoquant un contresens encore plus idiot que le reste. La trouverez-vous ?


Le Centre Pompidou veut développer de nouvelles technologies interactives
LE MONDE | 30.11.05 | 14h04 • Mis à jour le 30.11.05 | 14h04

Le Centre Pompidou semble décidé à devenir le laboratoire de l'application des technologies contemporaines au domaine de l'art. Sous l'impulsion de Bruno Racine, son président depuis juin 2002, le Centre va ainsi renouer avec la recherche, l'une de ses missions fondatrices, largement perdue de vue depuis sa création en février 1977. "Il s'agit de développer notre réflexion sur le monde et son devenir", explique Bruno Racine.

Fer de lance de la nouvelle stratégie, le philosophe Bernard Stiegler, président de l'Institut de recherche et coordination acoustique-musique (Ircam), devrait écourter son mandat pour prendre, le 1er janvier 2006, les fonctions de directeur du développement culturel du Centre Pompidou, en remplacement de Dominique Païni, nommé à la tête de la Fondation Maeght en avril. Pour le trentenaire de 2007, M. Racine se fixe comme objectif de présenter les premiers prototypes issus de la nouvelle activité.

Après plusieurs réalisations passées, on peut avoir une idée de la façon dont la technologie peut intervenir dans l'activité du Centre avec l'exposition "Dada". Le compositeur Gilles Grand y propose une interprétation de L'amiral cherche une maison à louer, le "poème simultan" écrit par Tristan Tzara, Marcel Janco et Richard Huelsenbeck en 1916.

Grâce à la technologie Wave Field Synthesis (WFS) créée à l'université de Delft (Pays-Bas) et développée par Sonic Emotion et l'Ircam, le compositeur exploite les perturbations engendrées par ordinateur sur les voix de trois interprètes afin d'exprimer le conflit entre bruit et parole et d'offrir une version contemporaine de l'oeuvre Dada. Cette installation sonore enrichit l'exposition d'une véritable création. En revanche, les dispositifs visuels y restent traditionnels. "Jusqu'à présent, lorsqu'on nous interroge sur notre action de recherche, nous citons l'Ircam, qui est rattaché au Centre Pompidou", indique M. Racine, qui compte sur M. Stiegler pour dépasser le seul domaine de la musique et ouvrir la recherche du Centre aux arts plastiques, à la littérature et même au spectacle vivant. Le philosophe prendra en charge l'activité du département du développement culturel (DCC). "Depuis quinze ans, je travaille sur la numérisation du texte, de l'image et du son", explique-t-il. Une expérience complétée, à l'Ircam, par une petite révolution avec l'intérêt porté au "consommateur" de musique.

UN PROTOTYPE DE CHAÎNE DU FUTUR

Entre autres projets, cette approche se traduit dans le programme européen de recherche Semantic Hifi, qui doit aboutir, en 2006, à un prototype de chaîne du futur. Cette dernière permettra d'agir sur la musique afin que l'auditeur sorte de la passivité et s'approprie la création des musiciens afin de mieux l'explorer, la comprendre ou même l'adapter à leur goût. Ce type de démarche vient compléter le travail traditionnel de l'Ircam auprès des musiciens professionnels. De nombreux logiciels de composition sont ainsi sortis de ses laboratoires. D'autres technologies, comme des systèmes de spatialisation du son, sont utilisées lors des représentations, aussi bien au théâtre que dans les expositions. Ainsi, l'Ircam s'adresse à la fois aux artistes et au public, enfants compris avec les logiciels pédagogiques développés pour l'enseignement de la musique. Cette démarche s'appuie aussi bien sur les équipes internes de l'institut que sur des collaborations avec des universités ou des industriels comme Sony.

M. Stiegler est donc chargé d'appliquer ce modèle à l'ensemble des arts contemporains représentés au Centre Pompidou. "Je viens au Centre Pompidou pour créer une communauté d'amateurs", explique-t-il. Au DCC doivent ainsi se côtoyer des artistes, des ingénieurs et des thésards. Bernard Stiegler envisage de créer un club d'entreprises afin d'associer ces dernières aux recherches et assurer un avenir commercial aux prototypes. Une petite révolution qui, après le sous-marin de l'Ircam, devrait gagner le paquebot de Beaubourg.
Michel Alberganti

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-715956@51-692597,0.html
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.martini.free.fr/livres/
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

Un article débile du Monde Empty
MessageSujet: Re: Un article débile du Monde   Un article débile du Monde EmptyJeu 1 Déc - 18:37

Fulmi a écrit:
Cette dernière permettra d'agir sur la musique afin que l'auditeur sorte de la passivité et s'approprie la création des musiciens afin de mieux l'explorer, la comprendre ou même l'adapter à leur goût.
rabbit

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.Un article débile du Monde Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
 
Un article débile du Monde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le teaser de " La fin de la fin du monde"
» Article sympa dans Libération
» Change le monde
» Le monde fantastique de Ray Bradbury
» 20 septembre 2010 - Tout le monde l'appelle Sylvie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: Arts et spectacles :: Arts : Tout et rien-
Sauter vers: