Vocabulis


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Plumes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Fulmi
Prolixe infatigable
Fulmi

Nombre de messages : 5214
Age : 65
Date d'inscription : 16/10/2004

Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyMer 25 Mai - 1:10

Côté obscur a écrit:
Surtout pas d'internet avant une séance d'écriture, ça m'encourage à la paresse.

Ah, tiens, moi, c'est le contraire, j'alterne internet et l'écriture - l'écriture à petites doses, un quart d'heure-une demie heure, pas plus, un peu d'internet, et rebelote. Et toujours un peu d'internet avant, comme là, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.martini.free.fr/livres/
Capitain
Invité



Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyMer 25 Mai - 1:17

Ben, après deux semaines d'abstinence cybernetique, je me connecte pour longtemps et résultat : pas écrit une ligne aujourd'hui.

Demain : brain storming (il faut que j'appelle un de mes lecteurs), mais pas au café, snif. oops
Revenir en haut Aller en bas
Fulmi
Prolixe infatigable
Fulmi

Nombre de messages : 5214
Age : 65
Date d'inscription : 16/10/2004

Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyMer 25 Mai - 15:18

Côté obscur a écrit:
(il faut que j'appelle un de mes lecteurs)

Les lecteurs, c'est la poisse, ils sont jamais contents. rale
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.martini.free.fr/livres/
Capitain
Invité



Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyMer 25 Mai - 16:48

Fulmi a écrit:
Côté obscur a écrit:
(il faut que j'appelle un de mes lecteurs)

Les lecteurs, c'est la poisse, ils sont jamais contents. rale

Le lecteur en question, c'est mon géniteur. Lui aussi à une idée assez précise de comment devraient se terminer mes élucubrations. J'ai remarqué que cette espèce en voie de disparition (les lecteurs), prenait son rôle de critique très à coeur, si ça continue, ils vont écrire mon bouquin à ma place, ce qui n'est pas pour déplaire au flemmard que je suis.

J'en suis là de mes réflexions :

- Ce qui arrive à Fatou : OK (bof, mais bon, pourquoi pas).
- Ce que font Joseph et les Amazones, au moment où il arrive ce qu'il arrive à Fatou : à revoir, ça ne va pas.
- Le rythme est inégal, et ça se termine trop vite. Et pui l'otage des Amazones est mal choisi.

Les lecteurs, moi, je les adore. C'est peut-être parce que je suis plus chiant qu'eux twisted evil
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyMer 25 Mai - 22:38

Ca m'agace. Rentrons dans le dur:

aux deux:

- comment faites-vous pour écrire? D'où vient l'idée? Quelle méthode? Quel rythme? Quelle fréquence? Quelles contraintes? Quels écueils? Quelle volupté? Quels plaisirs? Et quandle remettez-vous à l'éditeur?
Revenir en haut Aller en bas
Fulmi
Prolixe infatigable
Fulmi

Nombre de messages : 5214
Age : 65
Date d'inscription : 16/10/2004

Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyMer 25 Mai - 23:52

Dona a écrit:
- comment faites-vous pour écrire?

Je m'asseois et j'écris. Faut que je sois réveillé et aie l'esprit vif. Donc le soir.

Citation :
D'où vient l'idée?

L'idée d'écrire, ou l'idée à écrire ?

L'idée d'écrire ? C'est si simple d'écrire… par rapport à l'architecture, par exemple…

L'idée à écrire ? Il y en a partout. Il faut juste le temps de les considérer et de les caresser, les idées, et elles ronronnent gentiment. Plus délicat est de définir l'angle d'attaque de l'idée. On lui arrache son chemisier ou on la déculotte d'abord ? Puis si on l'embrasse ou si on la fesse. L'effet n'est pas le même.

Citation :
Quelle méthode?

Méthode Guenot adaptée Fulmi. Les pinces à linge sont dans ma tête. C'est plus hasardeux (cf. "écueils").

Citation :
Quel rythme?

Trois-quatre pages (standard, de1500 signes) à la fois, d'un jet. Après je change de café ou bien je démolis quelqu'un sur le net, et ça repart. Sur le cahier, c'est deux pages serrées d'un coup.

Citation :
Quelle fréquence?

Deux fois par jour. Sérieux l'après-midi, délires le soir. Le week-end, j'ai du mal à respecter la consigne.

Citation :
Quelles contraintes?


Être pro. Clarté, ton, rythme, présence, etc. Ça doit être top-notch. Comme dit Céline : le lecteur doit être émerveillé.

Citation :
Quels écueils?

Je me perds dans mes délires, et ça prend des jours entiers pour remettre tout d'aplomb. Des fois des mois, comme pour cete histoire d'os découvert devant un supermarché, qui donne le priapisme à qui le consomme. Faut que je me force à un roman réaliste, un jour.

Citation :
Quelle volupté?

C'est bandant.

Citation :
Quels plaisirs?

La frime, lorsqu'on dit faussement modeste : « c'est un livre que j'ai écrit » ; la super-frime lorsqu'on avoue : « c'est mon deuxième ». Brice de Nice, c'est un minable, à côté.

Citation :
Et quand le remettez-vous à l'éditeur?

Lorsqu'il est terminé :
http://forums.voila.fr/open_message.php?idsection=856&idmessage=571379&page=3#571379
En fait, on ne le remet pas, on le soumet et l'éditeur refuse. D'où l'intérêt de ne pas attendre et de le fabriquer soi-même.


Dernière édition par le Jeu 26 Mai - 3:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.martini.free.fr/livres/
Capitain
Invité



Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyJeu 26 Mai - 2:57

Dona a écrit:
Ca m'agace. Rentrons dans le dur:

aux deux:

- comment faites-vous pour écrire? D'où vient l'idée? Quelle méthode? Quel rythme? Quelle fréquence? Quelles contraintes? Quels écueils? Quelle volupté? Quels plaisirs? Et quandle remettez-vous à l'éditeur?

Agacée ? Pourquoi ?

Comment je fais pour écrire ? Comme tout le monde voyons, Fulmi a déjà répondu à cette question. Avec les mains, comme ici, avec word.

idée

Des idées, il m'en vient à peu près une ou deux par mois. J'ai donc un stock de sujets, certains ne me semblent pas très viables après mûre réflexion, d'autres me filent des complexes, je ne me sens pas capable de les transformer en récit. Actuellement, j'en ai quatre en projet, et trois quasi réalisés (1 bien avancé, grâce à Fulmi, 1 bien avancé aussi, manque plus qu'à réécrire la fin, 1 premier jet qui en est à la moitié). L'idée vient du ciel et les étoiles entre elles ne parlent que de ça :lol:
Je ne me souviens pas très bien comment m'est venue l'idée d'écrire le premier. Le deuxième, c'est une mésaventure qui m'est arrivée : internement dans un hôpital psychiatrique à la demande de ma mère, évasion réussie, puis j'ai un peu transformé les personnages (parents, interné), j'y ai mêlée l'héroïne de ma première bluette, une journaliste, qui se fait interner aussi, pour investiguer. Un autre exemple : En lisant quelques éléments de la biographie de pythagore, j'ai eu l'idée de raconter sa vie en parallèle avec une intirgue policière. Sinon, je mets toujours une histoire d'amour dans mes romans, c'est mon côté midinette. cyclop

La méthode :

Ecriture de la charpente (ce que j'appelais autrefois le chapitrage) au café, je résume l'histoire chapitre par chapitre.
Je me mets ensuite à écrire chaque chapitre, en commençant par le début (mais je vais changer ça à l'avenir).
Une fois que j'ai mon premier jet, je le donne à lire à quelques lecteurs que je pense être objectifs et sans complaisance.
Je modifie le texte en fonction des critiques (suppression de texte, modification des paragraphes).
Je fais relire (vous voyez bien que je suis chiant).
Puis si ça satisfait les lecteurs, je peaufine : correction orthographique, grammaticale, syntaxique, je revois la ponctuation, j'enlève le texte en trop, je reformule quelques phrases. Fulmi peut vous dire que j'ai encore beaucoup à apprendre de ce côté là.
Je laisse reposer le texte, je le relis, etc.
Ah, j'oubliais, il m'arrive de réécrire entièrement un chapitre du roman pendant le premier jet, c'est donc un deuxième jet, à l'intérieur du premier.

Je viens de lire le guide de Jean Guénot, je vais donc modifier quelque peu ma méthode. J'ai appris des choses fort intéressantes dans le chapitre sur les pannes, concernant la nécessité d'allonger ou de raccourcir le récit.

Le rythme :

J'ai calculé qu'il me fallait à peu près quatre heures pour écrire à peu près cinq pages en interligne simple (je crois que ça fait environ 3000 signes par page).

Quand je ne me sens pas d'humeur à écrire, j'écris quand même, et me force à pondre trois pages en une journée. Quand je suis d'humeur, il peut m'arriver d'écrire six ou sept pages en quatre heures.

Chez moi, même le premier jet est laborieux, je reformule plusieurs fois une même phrase (une fois que la pensée est claire, il y a encore plusieurs façons de la mettre en mots).


Fréquence :

Tous les jours pendant le premier jet, jusqu'à ce que ça soit fini. Pui le plus régulièrement possible.

Contraintes :

Pour le premier, je me fixais comme contrainte d'écrire quatre heures par jours. Maintenant, je m'astreins à trois pages minimum (ça peut durer deux heures et demie, ou trois).

Ecueils :

Pressé de finir, alors il m'arrive de bâcler la fin du premier jet, ce qui me donne plus de boulot quand je peaufine, en général, il faut que je change la fin (c'est le cas sur deux romans). J'utilise aussi des termes argotiques, que je mêle allègremment à un langage beaucoup plus châtié, ce qui n'est pas du plus bel effet.
Et pour finir, je dialogue trop longuement, mes personnages sont trop bavards, alors j'élague sur suggestion des lecteurs.
Mais les écueils se font plus rares à mesure que le métier rentre, on aquiert des réflexes.

La volupté :

La même que celle procurée par l'onanisme, parfois.
Quand je suis très bonne humeur, je me mets devant l'écran en sachant que je vais être particulièrement productif, et là, c'est bon d'écrire.
D'autres fois, c'est plus laborieux, c'est comme penser à une vieille actrice en honnorant la veuve poignet.

Plaisirs :

Le plaisir, il arrive à son paroxysme quand je suis lu et que ça plait. Quand j'entends mon père rire en lisant, quand il fait une grimace qui manifeste son admiration, je suis aus anges (oui, c'est freudien). Ou quand une lectrice dit à son petit ami qu'il aurait du me lire, parce que ça lui aurait plu, j'ai l'impression d'avoir accompli quelque chose. Sans voir un énorme talent, écrire est à peu près la seule chose que je sache faire (footballeur nul, employé étourdi), alors quand on me dit que ce que j'écris n'est pas de la merde, je me sens très fier.

Soumission aux éditerus :

Quand ça sera fini, et c'est pas demain la veille. Evidemment, je vais envoyer à Gallligrasseuil, puis au Dilettante, puis à Viviane Hamy (si elle rafole des petits barbus aux yeux bleu turquoise, pourquoi pas), etc.
Quoi qu'en pensent les éditeurs, je vais m'auto-éditer, c'est décidé depuis longtemps, j'ai été commercial dans une autre vie et c'était le boulot le plus fun que j'ai eu.

Mon rêve ? pas la gloire ni la fortune. Juste d'avoir plein de lecteurs, pour avoir le sentiment que je n'ai pas volée ma pension d'invalidité. sautrouge

jump
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyJeu 26 Mai - 6:36

Côté obscur a écrit:
Agacée ? Pourquoi ?


Parce que j'avais détourné, en fait, le sens primal de ma question.
Ce qui sous-entend que je n'avais pas sous-entendu: "tu m'agaces" ou "il m'agace" ou "vous m'agacez" mais qu'il s'agissait d'une tournure élliptique qui disait: "Ca m'agace de ne pas savoir comment vous écrivez en fait".

Du reste, merci pour ta réponse! je la lirai attentivement dans quelques minutes.

Côté obscur a écrit:
Comment je fais pour écrire ? Comme tout le monde voyons, Fulmi a déjà répondu à cette question. Avec les mains, comme ici, avec word.

Faut le faire quand même... rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Imposteur
Papoteur
Imposteur

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 12/07/2005

Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyJeu 21 Juil - 22:45

Bonjour,

je faisais une petite recherche sur le net, en vue de trouver un éditeur qui aurait les mêmes idées que moi.
Par hasard, la page d'acceuil de ce forum s'affiche. J'ai vu un rai de lumière traverser la fenêtre et j'ai décidé d'entrer.
Ce n'est pas l'éditeur idoine qui bougeotte derrière la fenêtre. Je fouille le lieu. Personne. Les âmes sont bien cachées. Elles s'expriment sans trop se dévoiler, jouant à un jeu de questions/réponses auquel je me mêle:

"mon petit avis personnel":

Dona a écrit:
Qu'écrivez-vous en ce moment?
Citation :
Pour que cela soit intéressant, peut-être pourriez-vous parler de ce qui sous-tend cette écriture: pourquoi avoir choisi ce thème?


Comme dans la chanson, "c'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui..."
Je ne choisis pas le thème, c'est lui qui me choisit. Il se montre à moi, et si nous nous plaisons, pourquoi ne pas faire un bout de chemin ensemble? Parfois la balade tourne court, et il faut accepter de quitter le thème. C'est le divorce. Le thème obtient toujours le droit de garde.

Citation :
Avez-vous l'habitude de le traiter ou d'écrire de cette manière?

Le traitement réservé au thème dépend... du thème lui-même. Sur sept histoire écrites, sept thèmes différents, et sept traitements différents...

Citation :
D'où l'idée vous est-elle venue? Quelles sont les contraintes ou non que vous vous fixez?

L'idée débarque sans prévenir. Elle peut murir pendant des mois ou des années, sans se dévoiler, et subitement, le coup de foudre!

Zut! J'ai effacé une des questions que je voulais citer. Tant pis. Question suivante:

Citation :
Enfin, comment ça fonctionne l'écriture chez vous?

C'est la question dont je voudrais avoir la réponse chez les autres auteurs (qui ont abouti), pour savoir si je suis le bon chemin.

Chez moi: démarrage à la première ligne. Arrivée à la dernière, puis relecture et changement. J'écris dans l'ordre. Sans trop de préparation. Question à mon tour: Faut-il cogiter beaucoup avant de se lancer? Perso, je fonce. Parfois je fonce trop, et le résultat est un peu décevant, alors il faut corriger.

Ah! corriger! Sans traitement de texte, je n'aurais jamais commencé.

Question d'un amateur à A. Gide: "Que faut-il faire pour devenir écrivain?"
Réponse de Gide: "si vous le pouvez encore, arrêtez, arrêtez tout de suite!"

Avis de Cricri: on croit toujours en son talent, et que tout va aller sur des roulettes, jusqu'au jour où l'ouvrage est donné à lire, et que les réponses fusent: "bof" "ouais" "pas mal mais..." "tu devrais faire de la peinture!"
Revenir en haut Aller en bas
Capitain
Invité



Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyVen 22 Juil - 4:00

cricri a écrit:
Question à mon tour: Faut-il cogiter beaucoup avant de se lancer? Perso, je fonce. Parfois je fonce trop, et le résultat est un peu décevant, alors il faut corriger.


Personnellement, je cogite beaucoup, une fois que j'ai mon sujet, avant de me lancer dans le premier jet. Et il faut quand même beaucoup corriger une fois que c'est fini, parce que je veux que le premier jet aille vite. Mais il me faut d'abord une charpente et un conducteur. Comme j'ai l'ambition d'écrire des romans populaires, je m'inspire depuis peu des outils de l'art dramatique pour charpenter (choix d'un protagoniste vec son objectif et l'enjeu correspondant, incident déclencheur, climax (moment paroxystique), crescendo dramatique, coups de théâtre, péripétie (au sens aristotélicien), etc.)

Ma charpente, je l'appelle le squelette, comme le font les scénaristes. La méthode d'écriture du squelette que j'ai trouvé dans le bouquin d'Yves Lavandier, La dramaturgie, m'a beaucoup aidé, peut être davantge que le guide de Jean Guénot (mais je dois encore le relire plus attentivement). Une fois que j'ai mon squelette, je construis désormais mon conducteur (résumé chapitre par chapitre) en essayant de respecter le crescendo dramatique (Jules Verne fait ça admirablement bien dans Le tour du monde en 80 jours).

J'ai une théorie à propos du récit, peut être n'est elle valable que pour moi, la voici :

Quand on écrit sans beaucoup de préparation, sans conducteur préalable, j'ai l'impression qu'on est plus libre au niveau du style. On commence avec un ton et une cadence qui vont déterminer la forme du récit au fil des pages, à mesure qu'on avance. Ce qui va produire de la belle écriture, avec une musique personnelle. L'inconvénient, c'est qu'en suivant cette méthode, la trame peut s'en ressentir, l'histoire peut ne pas être captivante. A l'inverse, quand on élabore son sujet avant de se mettre à écrire le récit proprement dit, quand on a une idée précise de la charpente, de ce qui va se passer, le récit semble mieux construit, le premier jet va plus vite et le résultat est une trame qui retient l'intérêt du lecteur au fil des pages. L'inconvénient peut être que le style s'en ressent, on se sent moins libre, tout est prévu à l'avance et on ne peut se permettre de laisser jouer son imagination sur la formme du texte, on utilise des figures de style qui collent à la trame, ce qui met en corrélation le fond et la forme, mais qui bride la personnalité dans le style, je pense.

Comme le dit Stephen King, l'important dans un roman est avant tout l'histoire, alors la deuxième méthode est plus satisfaisante pour le lecteur.

Et puis cette dychotomie ne concerne peut être que moi, qui ne suis à l'aise qu'avec un certain ton, qu'une certaine cadence, qui ne convient pas à tous les sujets.
Revenir en haut Aller en bas
charlie
Phraseur impénitent
charlie

Nombre de messages : 125
Date d'inscription : 16/04/2006

Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 EmptyMar 16 Mai - 0:25

C'est pas mal l'extrait de "je suis un écrivain" de Fulmi... Serais curieuse de connaitre la suite. Dispo en librairie?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Plumes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Plumes   Plumes - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Plumes
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: Ecriture :: Ecrits : Tout et rien-
Sauter vers: