Vocabulis


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 La Pension de Viroflay

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
le Veilleur
Phrasophile averti(e)
le Veilleur

Nombre de messages : 1024
Localisation : ici
Date d'inscription : 01/05/2005

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptyVen 20 Jan - 20:59

Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressées à vos éreintoirs.
Fieffé coquin, fieffée coquine,
Allez! Haro sur mon échine;
Soyez certains que le Veilleur
N’en ressortira que meilleur…
Pour vous éreinter à son tour,
Sans rond de jambe ni détour!


La pension de Viroflay


Avec son mur d’enceinte couronné de tessons et sa lourde porte en fonte, la pension de Viroflay ressemblait à une prison . Elle abritait deux corps de bâtiments séparés par une cour intérieure. Dans le premier, se trouvaient le réfectoire, les cuisines et les appartements du directeur; dans le second, les salles de classes, la buanderie et, à l’étage, les dortoirs. Ce dernier corps donnait sur une cours extérieure en terre battue ombragée de marronniers.
En 1959, j’avais huit ans. L’uniforme de la pension était trop grand pour moi, surtout la casquette qu’il fallait rembourrer de papier journal. Déjà, je manifestais par ce manque d’ambition de ma boite crânienne qu’il ne faudrait pas trop compter sur moi pour de brillantes études. J’ai très vite confirmé ces dispositions par le peu d’intérêt que je prenais aux cours. J’avais bien d’autres préoccupations plus intéressantes. Je me demandais, par exemple, quel saveur pouvait avoir mon pipi; et, tandis que la maîtresse débitait les rudiments de la grammaire et de l’arithmétique, j’ouvrais ma braguette sous le pupitre, récoltait quelques gouttes du liquide doré dans le creux de ma main et le portait à mes lèvres. La tête me tournait. Moi, si jeune, j’avais découvert le moyen de m’enivrer avec économie et d’échapper ainsi à l‘ennui de la scolarité!
Pourtant, certains cours me ramenaient à la surface en bois patiné de mon pupitre gravé de dessins et d’inscriptions, à mon encrier en faïence blanche et à mes plumes « sergent-major » : les cours d’Histoire. Napoléon, la retraite de Russie, Waterloo! En marge des images illustrant mon livre d’Histoire, Victor Hugo a marqué mon imagination d’enfant de ses vers sublimes qui semblaient pétris de neige et de boue et du sang des grognards.

« Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.
« Pour la première fois l’aigle baissait la tête.
« Sombres jours! L’empereur revenait lentement,
« Laissant derrière lui brûler Moscou fumant.
« Il neigeait. L’âpre hiver fondait en avalanche.
« Après la plaine blanche une autre plaine blanche.
……………………………………….....................
« Il neigeait. Les blessés s’abritaient dans le ventre
«  Des chevaux morts; au seuil des bivouacs désolés
« On voyait des clairons à leur poste gelés
« Restés debout, en selle et muets, blancs de givre,
« Collant leur bouche en pierre aux trompettes de cuivre.
………………………………………..........................
« Le ciel faisait sans bruit avec la neige épaisse
« Pour cette immense armée un immense linceul
« Et, chacun se sentant mourir, on était seul
………………………………………………….. »

« Waterloo! Waterloo! Waterloo! Morne plaine!
« Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine,
« Dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons,
« La pâle mort mêlait les sombres bataillons.
……………………………………….............. »

Malgré cette morne apathie pour les études, sporadiquement secouée par l’Histoire de France, je suis tout de même parvenu, à la faveur d’une épidémie de grippe qui avait mis hors compétition un bon tiers de la classe, à rafler une médaille de troisième rang lors du trimestre hivernal. Cette médaille, que j’arborais fièrement sur mon uniforme en rentrant le week-end à la maison pour illusionner ma mère sur mon avenir dans la carrière scolaire, eut une part prépondérante dans la mésaventure qui m’advint peu après. Sans doute, le sort voulut-il me faire payer ainsi ma trop bonne fortune et venger mes petits camarades amaigris,* et humiliés d’avoir été détrônés injustement par un aussi piètre concurrent.
Tous les vendredis à la cantine, l’inquiétant alchimiste qui se faisait passer pour un cuisinier essayait de nous faire croire vainement que la chose croûteuse et malodorante en forme de poisson qu’il nous servait avait un rapport quelconque avec une matière comestible. Je repoussais régulièrement et catégoriquement cette hypothèse. Hélas! Le surveillant n’était pas disposé à la dialectique. Il avait la force pour lui. Il me le fit savoir comme le chevalier chrétien dans l’Histoire de Joinville au juif qui voulait argumenter sur l’Immaculé Conception : par un coup sur la tête. Fort de cette expérience et tel un juif opprimé, j’en appelai un jour à la ruse : l’air soumis sous l’œil du surveillant, je mâchai la « chose », toutes papilles gustatives rentrées, et fis mine de l’avaler ; mais dés que mon cerbère eût le dos tourné, je m’empressai de recracher l’ersatz de poisson et de l’expédier lestement dans la poche de ma blouse. Or, cette poche avait déjà une pensionnaire que j’avais oublié là depuis le début de la semaine : ma médaille. Cette poche faisant résolument office d’oubliette, le fruit de ma mastication ne se rappela à mon souvenir qu’à l’heure de la remise des blouses à la lingerie. Malheureusement, la mémoire ne me revint pas seule mais fortement aidée par la figure outrée de ma maîtresse et de son bras tendu au bout duquel pendait, en forme de point d’interrogation menaçant, ma médaille et son ruban bleu plaqué d’un magma desséché à la vague odeur de marée. Je fus condamné à passer une partie de la nuit debout dans le couloir en tête à tête avec l’objet de mon délit jusqu’à ce que celui-ci reprenne le chemin que l’iniquité de mes juges avait décidé qu’il devait avoir à l’origine : celui de mon estomac. Je dois dire à la décharge des dits juges qu’aucun d’eux n’osa vraiment vérifier cette partie de l’épreuve et que l’on se contenta de ma parole : les dupes furent consentantes; la cuvette des W.C. garda la vérité pour elle, ce dont je lui suis infiniment reconnaissant car le passage de ce poisson en eaux troubles eût porté l’affaire à un degré de sordidité que je n’ose imaginer.
Le chef empoisonneur avait une autre spécialités dans sa carte : le hachis Parmentier composé des restes de viandes de la semaine dont on se demandait s’ils n’étaient pas déjà les restes de la pâté du chien du directeur.

Le directeur demeure dans mon souvenir comme une paire de grandes oreilles sur un crâne chauve. Ces oreilles avaient une particularité qui me fascinait (d’où, probablement, l’oblitération dans ma mémoire de tout ce qui pouvait se trouver au dessous d’elles) : elles bougeaient. Oh! pas au grés du vent, non : elles étaient parfaitement commandées par leur propriétaire qui en jouait pour impressionner ses élèves; elles avaient un sourire sardonique quand elles les regardaient; et eux, subjugués, abdiquaient toute velléité de rébellion devant cet acte de sorcellerie.

Cette pension était elle aussi terrible que ma tendre mémoire d’enfant l’avait enregistrée? Il y avait bien encore le grand surveillant noir qui inspectait notre toilette du soir en frottant son gros pouce quelque part sur notre peau jusqu’à ce que des boulettes grisâtres apparaissent. Il nous regardait alors, triomphant, tenant la preuve irréfutable de notre négligence et, d’une bourrade qui nous faisait pivoter sur nous-même, nous renvoyait vers les lavabos. Je l’ai, pour ma part, toujours soupçonné d’extraire ces boulettes de son propre épiderme.
Mais, en dehors de ces humiliations d’ordre culinaire ou hygiénique, je n’ai guère subi d’autres sévices que des coups de règles sur les doigts, l’interruption intempestive de la série télévisée « Rintintin » par le surveillant du réfectoire où le poste était installé et les pensums. « Je baye aux corneilles pendant le cours d’arithmétique ». Deux-cent fois. « Je baye aux corneilles pendant le cours d’arithmétique , je baye aux corneilles… ». C’est long. On finit par bayer aux corneilles. Trois ans plus tard, en sixième, je mettrai au point la technique des trois stylos liés ensemble permettant d’écrire trois phrases répétitives en même temps; la maîtrise que j’acquerrai dans cet art fera l’admiration de mes petits camarades.

Mes camarades d‘alors, eux, se sont effacés de ma mémoire, à quelques exceptions près, et encore celles-ci n’y sont que des ombres sans visage comme celle du directeur et des autres acteurs de cet internat. Dominique Paillard est un des rares dont je me rappelle le nom . Sacré nom. Paillard, mon ami! Il avait un an ou deux de plus que moi et notre amitié s’était scellée sur le roman d’Hector Malo que nous lisions debout, de concert, dans un gros in-folio relié à l’ancienne, avec des gravures. « Sans famille» !… Rémi, Vitalis, le singe joli-coeur étaient la nôtre et remplissaient nos coeurs d’enfants. Nous avions encore pour héros de nos rêves le Bon petit diable de la chère comtesse dont la pension nous faisait tant penser à la nôtre.
Ralph ou Kurt, enfin un nom comme ça, à consonance allemande (je crois que c’était un Alsacien), un « grand » de la classe du certif, avait un don pour improviser des contes fantastiques qui nous tenait en haleine le soir au réfectoire après le souper.
Clérisseau, lui aussi, était un « grand ». Je me rappelle son nom parce que je l’ai eu à nouveau pour compagnon deux ans plus tard en colonie de vacances en Savoie; il est même, pour cette raison, le seul dont la face de taupe à lunettes prend un peu de consistance dans mon souvenir. Il était à demi fou. Un jour il se pendit à l’espagnolette d’une fenêtre du dortoir. Ses camarades de chambrée parvinrent à le décrocher avant qu’il ne vire du rouge au bleu. Il n’était pas le seul fou de la pension, il partageait sa fêlure avec un autre type, un rouquin plein de tâche de rousseur dont j’ai oublié le nom. Celui-là avait une obsession fort respectable : il voulait prendre la poudre d‘escampette; mais il mettait dans la mise en œuvre de ce projet des moyens étranges. Le premier de ces moyens ne s’exerça qu’à ses dépens. Il avait disparu depuis quarante huit heures, mettant l’alerte dans toute la pension et même un peu au-delà des murs. Voici comment on le retrouva alors qu’on battait en vain les alentours de la ville.
Il y avait dans la buanderie une de ces grosses machine à laver comme on en voyait à l’époque dans les collectivités, énorme cylindre couché sous lequel des brûleurs à gaz chauffaient l’eau. Comme la lingère s’apprêtait à les allumer, le sas de la machine s’ouvrit brutalement pour laisser passage au bond fulgurant d’un fantôme qui s’enfuit dans un ample mouvement de drap blanc. Aux cris de la bonne femme, du monde accouru. Sans égard pour sa condition, le fantôme fut saisi au collet derrière les marronniers de la cour et reconduit manu militari chez le directeur.
Le second moyen qu‘il utilisa pour favoriser son évasion fut plus radical : il mit le feu à la pension. L’incendie se déclara par les combles où étaient entreposées des décorations de Noël. La nuit tombait. Nous étions en salle d’étude. La porte s’ouvrit violemment et rebondit avec fracas contre le mur. Nous vîmes les deux oreilles directoriales bondirent de table en table pour atteindre l’extincteur accroché au fond de la classe, avec une souplesse que je croyais jusqu’alors réservée à des mouvements d’intimidation mais que je n’imaginais pas dans cette fonction de propulsion aérienne. Pendant leur vol au dessus des pupitres, les oreilles regardaient le plafond. Nous en fîmes de même. Il se lézardait sous l’effet de la chaleur. Monsieur Nalet, notre surveillant, nous fit sortir en bon ordre dans la cour. Des flammes s’élevaient de la toiture et mettaient des lueurs dansantes sur nos visages où la frayeur cédait peu à peu la place à un autre sentiment qui aurait fait trembler d’indignation les grandes oreilles du directeur si elles n‘eussent eu en ce moment d‘autres préoccupations. Au loin, la sirène des pompiers retentissait. Bientôt le feu fut éteint, non sans dégâts considérables pour le toit. Nous ne revîmes jamais l’incendiaire mais il paraît qu’il fut envoyé en maison de correction.

(à suivre…peut-être)
* Cette virgule est dédiée à Fulmi.


Dernière édition par le Sam 21 Jan - 0:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leongard.com
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptyVen 20 Jan - 21:04

cool veilleur, me l'garde pour un jour à esprit clair rabbit

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.La Pension de Viroflay Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 0:09

le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.
Fieffé coquin, fieffée coquine,
Allez! Haro sur mon échine;
Soyez certains que le Veilleur
N’en ressortira que meilleur…
Pour vous éreinter à son tour,
Sans rond de jambe ni détour!




"Veilleur, Veilleur, Veilleuuuuuuuur!
Vainqueur tu l'es à chaque foiiiiiiiiiiiiiiiiiis!
(...)
Son nom, il le signe à la pointe de l'épée
D'un V qui veut dire Veilleuuuuuur!
Veilleuuuuuur! Meilleuuuuuuur!"


Trop long pour un samedi soir. A voir plus tard.


LV a écrit:
La Pension de Viroflay

Trop cool le titre, il fait proustien. cool
Revenir en haut Aller en bas
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 0:10

on est vendredi cool elle déraille la vieille rabbit

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.La Pension de Viroflay Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
Capitain
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 0:57

Ben moi je l'ai lu jusqu'au bout. J'ai vite été captivé malgré la banalité du propos, car la langue est admirable, vraiment.

Le Veilleur rejoint Jules Verne, Victor Hugo, Daniel Pennac et Jean Vilain parmi les auteurs qui me filent des complèxes.

Comme quoi ça sert à quelque chose de ne pas lire de la merde.

Y a bien le "fonction de propulsion aérienne" qui me laisse un tout petit peu perplèxe, mais tout le reste est brillant, sans grande exagération.

Le dernier quart est, me semble t-il, un peu moins intéressant que les trois premiers, dans lesquels je ne saurais chosir un passage préféré tant ils sont presque tous bien menés.

Si le Veilleur n'avait pas écrit, la littérature aurait perdu quelque chose, ceci dit sans flagornerie aucune.

Tu m'avais dit que je ne perdais rien pour attendre, quand j'avais blagué sur ta réputation de monsieur un peu "vieille France". Eh bien c'est gagné. Tu m'as donné une leçon.

En espérant que tes chevilles n'enflent pas (mais j'ai cru comprendre que la lecture de Krishnamurti t'as mis à l'abri de ce risque), j'aimerais bien lire la suite, si elle est aussi bonne que les trois premiers quarts de ce début.
Revenir en haut Aller en bas
le Veilleur
Phrasophile averti(e)
le Veilleur

Nombre de messages : 1024
Localisation : ici
Date d'inscription : 01/05/2005

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 1:08

Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.
Fieffé coquin, fieffée coquine,
Allez! Haro sur mon échine;
Soyez certains que le Veilleur
N’en ressortira que meilleur…
Pour vous éreinter à son tour,
Sans rond de jambe ni détour!
Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leongard.com
Dona
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 1:14

[quote="le Veilleur"][quote="Dona"]
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.

Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées


Certain??
Revenir en haut Aller en bas
Capitain
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 1:25

le Veilleur a écrit:
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.
Fieffé coquin, fieffée coquine,
Allez! Haro sur mon échine;
Soyez certains que le Veilleur
N’en ressortira que meilleur…
Pour vous éreinter à son tour,
Sans rond de jambe ni détour!
Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées

Ben, des fautes d'orthographe, y'en a plein, dans ce texte. Ce qui me fait supposer deux choses : ou bien tu l'as travaillé et relu plusieurs fois pour le rendre aussi bon sans corriger les fautes évidentes d'orthographe pour faire croire que tu es capable d'écrire un texte aussi bon d'une traite et sans te relire attentivement, ou bien tu es vraiment capable d'écrire aussi bien sans te relire avec soin.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 3:37

C'est toute une époque...et c'est remarquablement écrit. Bravo!
Revenir en haut Aller en bas
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 11:33

agréable à lire.
un truc me gêne, les bons mots, ils sont amusants mais le rythme et la construction des phrases les rend attendus et finit par ramollir leur effet (chais pas si j'suis très claire mais c'est une question de facture hum classique et vieille france degling )

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.La Pension de Viroflay Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
le Veilleur
Phrasophile averti(e)
le Veilleur

Nombre de messages : 1024
Localisation : ici
Date d'inscription : 01/05/2005

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 11:35

[quote="Dona"][quote="le Veilleur"]
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.

Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées


Certain??
Ah, non! Merdre! Mémoires est du masculin. Donc : adressés.

Ca me fait penser à Sacha Guitry. Il avait dédicacé un livre. Dans la dédicace se trouvait le mot "haltère" qu'il avait accordé au féminin. Son secrétaire le lui fait remarquer. Sacha Guitry ennuyé dit : "Je ne peux tout de même raturer!". Il réfléchit deux secondes, reprend son stylo et ajoute un post scriptum à la dédicace : "Je sais parfaitement que le mot haltère est du genre masculin, mais si je l'ai écrit au féminin c'est que j'ai mes raisons.". (je tiens cette anecdote d'une source directe)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leongard.com
le Veilleur
Phrasophile averti(e)
le Veilleur

Nombre de messages : 1024
Localisation : ici
Date d'inscription : 01/05/2005

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 11:40

Capitaine ad hoc a écrit:


Y a bien le "fonction de propulsion aérienne" qui me laisse un tout petit peu perplèxe,

Oui, c'est un peu lourdingue (mais comme l'effet recherché est grotesque, ça passe moins mal). En tout cas, merci pour ton panégyrique (je t'envoie le chèque comme convenu).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leongard.com
le Veilleur
Phrasophile averti(e)
le Veilleur

Nombre de messages : 1024
Localisation : ici
Date d'inscription : 01/05/2005

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 11:52

Capitaine ad hoc a écrit:


Ben, des fautes d'orthographe, y'en a plein, dans ce texte. Ce qui me fait supposer deux choses : ou bien tu l'as travaillé et relu plusieurs fois pour le rendre aussi bon sans corriger les fautes évidentes d'orthographe pour faire croire que tu es capable d'écrire un texte aussi bon d'une traite et sans te relire attentivement, ou bien tu es vraiment capable d'écrire aussi bien sans te relire avec soin.

Je n'ai pas cette vanité tortueuse. En vérité, j'ai relu mon texte plusieurs fois, mais en étant davantage attentif aux tournures de phrases qu'aux fautes d'orthographe. C'est seulement après l'avoir posté que je me suis rendu compte de ces fautes (raison pour laquelle mon post est déjà édité quatre ou cinq fois!). Mais tu peux me signaler celles que je n'ai pas vues, je ne refuse l'aide de personne (sauf, peut-être celle d'aDamas...)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leongard.com
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 12:05

[quote="le Veilleur"][quote="Dona"]
le Veilleur a écrit:
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.

Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées


Certain??
Ah, non! Merdre! Mémoires est du masculin. Donc : adressés.
oui mais si tu l'accordes à bribes, y a pu d'faute wink

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.La Pension de Viroflay Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
le Veilleur
Phrasophile averti(e)
le Veilleur

Nombre de messages : 1024
Localisation : ici
Date d'inscription : 01/05/2005

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 12:14

[quote="ours impatient"][quote="le Veilleur"]
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.

Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées


Certain??
Ah, non! Merdre! Mémoires est du masculin. Donc : adressés.
oui mais si tu l'accordes à bribes, y a pu d'faute wink
Trop forte l'Ours! wink (d'ailleurs, cette version est plus logique)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leongard.com
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 12:22

[quote="le Veilleur"][quote="ours impatient"]
le Veilleur a écrit:
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.

Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées


Certain??
Ah, non! Merdre! Mémoires est du masculin. Donc : adressés.
oui mais si tu l'accordes à bribes, y a pu d'faute wink
Trop forte l'Ours! wink (d'ailleurs, cette version est plus logique)
ben tu penses bien qu'j'aurais pas loupé la prof sinon ange
et je trouve que c'est plus joli accordé à bribes, moins cul serré

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.La Pension de Viroflay Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 12:44

[quote="le Veilleur"][quote="Dona"]
le Veilleur a écrit:
Dona a écrit:
le Veilleur a écrit:
Vocabuliens, vocabuliennes,
Aiguisez vos griffes de Hyènes!
Voici des bribes de Mémoires
Adressez à vos éreintoirs.

Ah, mince! Une faute : Adressez au lieu de Adressées


Certain??
Ah, non! Merdre! Mémoires est du masculin. Donc : adressés.

Ca me fait penser à Sacha Guitry. Il avait dédicacé un livre. Dans la dédicace se trouvait le mot "haltère" qu'il avait accordé au féminin. Son secrétaire le lui fait remarquer. Sacha Guitry ennuyé dit : "Je ne peux tout de même raturer!". Il réfléchit deux secondes, reprend son stylo et ajoute un post scriptum à la dédicace : "Je sais parfaitement que le mot haltère est du genre masculin, mais si je l'ai écrit au féminin c'est que j'ai mes raisons.". (je tiens cette anecdote d'une source directe)


Bé ça peut être des syllepses alors: n. f. Accord d'un mot selon le sens plutôt que selon les règles grammaticales/ selon le sens que lui donne un auteur. Je manque d'exemples sous la main ou devant les yeux présentement mais il s'en trouve de fort jolies.
Revenir en haut Aller en bas
Capitain
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 13:03

le Veilleur a écrit:
Capitaine ad hoc a écrit:


Y a bien le "fonction de propulsion aérienne" qui me laisse un tout petit peu perplèxe,

Oui, c'est un peu lourdingue (mais comme l'effet recherché est grotesque, ça passe moins mal). En tout cas, merci pour ton panégyrique (je t'envoie le chèque comme convenu).

D

De rien. C'est sincère. Je suis facilement impressionné par les "bon mots". Et étant un plutôt médiocre écrivassier moi-même, je me laisse facilement impressionner par ce qui est bien écrit en général, de toutes façons.

On peut dire en tous cas que c'est objectivement bien meilleur que du Angot, du Lévy (Marc) ou du Werber (auteurs que probablement tu ne connais pas, et ça se voit).
Revenir en haut Aller en bas
le Veilleur
Phrasophile averti(e)
le Veilleur

Nombre de messages : 1024
Localisation : ici
Date d'inscription : 01/05/2005

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 13:22

Dona a écrit:



"Veilleur, Veilleur, Veilleuuuuuuuur!
Vainqueur tu l'es à chaque foiiiiiiiiiiiiiiiiiis!
(...)
Son nom, il le signe à la pointe de l'épée
D'un V qui veut dire Veilleuuuuuur!
Veilleuuuuuur! Meilleuuuuuuur!"


Trop long pour un samedi soir. A voir plus tard.

ours impatient a écrit:
on est vendredi cool elle déraille la vieille rabbit

Je ne sais pas ce qui se passe chez elle le samedi soir dont l'attente la met dans cet état!

Un Vendredi soir chez Dona

Dona : "Mon chéri ? coeurs "

Le mari de Dona: "Hum ?"

Dona : "Chéri ? herz tibisou tibisou "

Le mari : "Mais voyons Dona, nous ne sommes que vendredi !"

Dona : oops grey "

Le mari : "Bon, d'accord !"

Dona : ban

Le mari: "Mais attention, pas deux soirs de suite. Demain tu liras l' autocrabioffie du Veilleur."

Dona : "Oui, oui. evil "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leongard.com
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 13:25

mdr

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.La Pension de Viroflay Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 13:39

le Veilleur a écrit:
Dona a écrit:



"Veilleur, Veilleur, Veilleuuuuuuuur!
Vainqueur tu l'es à chaque foiiiiiiiiiiiiiiiiiis!
(...)
Son nom, il le signe à la pointe de l'épée
D'un V qui veut dire Veilleuuuuuur!
Veilleuuuuuur! Meilleuuuuuuur!"


Trop long pour un samedi soir. A voir plus tard.

ours impatient a écrit:
on est vendredi cool elle déraille la vieille rabbit

Je ne sais pas ce qui se passe chez elle le samedi soir dont l'attente la met dans cet état!

Un Vendredi soir chez Dona

Dona : "Mon chéri ? coeurs "

Le mari de Dona: "Hum ?"

Dona : "Chéri ? herz tibisou tibisou "

Le mari : "Mais voyons Dona, nous ne sommes que vendredi !"

Dona : oops grey "

Le mari : "Bon, d'accord !"

Dona : ban

Le mari: "Mais attention, pas deux soirs de suite. Demain tu liras l' autocrabioffie du Veilleur."

Dona : "Oui, oui. evil "

Justement il se passe qu'on est bientôt samedi soir herz et que je dois m'en aller yeah pour herz ouaiche chinese et que l'autopseutie du Veilleur, ce sera pour une autre fois, petit malin. rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Capitain
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 13:43

Y en a qu'ont de la chance. pleurs pleurs pleurs
Revenir en haut Aller en bas
ours impatient
Drôle de zèbre
ours impatient

Nombre de messages : 2800
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 15/10/2004

La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 13:44

ben c't'une façon d'voir
y a pas qu'les sam'dis dans la vie

_________________
L'éducation peut tout : elle fait danser les ours.La Pension de Viroflay Troll_gif
Revenir en haut Aller en bas
Dona
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptySam 21 Jan - 13:48

Capitaine ad hoc a écrit:
Y en a qu'ont de la chance. pleurs pleurs pleurs

Nan, c'est mon côté grande gueule, faut pas tout voir à la lettre. Et puis en plus j'ai horreur de faire ce genre d'humour.
Revenir en haut Aller en bas
Capitain
Invité



La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay EmptyDim 22 Jan - 2:06

Dona a écrit:
Capitaine ad hoc a écrit:
Y en a qu'ont de la chance. pleurs pleurs pleurs

Nan, c'est mon côté grande gueule, faut pas tout voir à la lettre. Et puis en plus j'ai horreur de faire ce genre d'humour.

Parce que c'est être "grande gueule" que de dire qu'on a une vie sexuelle et affective à peu près normale ?

(y'en a qu'ont de la chance pleurs pleurs pleurs Vous êtes pas au courant que Jessica s'est mariée on dirait pleurs pleurs pleurs pleurs pleurs pleurs )


Dernière édition par le Dim 22 Jan - 4:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Pension de Viroflay Empty
MessageSujet: Re: La Pension de Viroflay   La Pension de Viroflay Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Pension de Viroflay
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocabulis :: Ecriture :: Pistes autobiographiques-
Sauter vers: